Silence radio

Paris, fin février : Bruno Cadène termine sa journée de travail à Radio France. Alors qu’il pensait pouvoir passer une soirée tranquillement à la maison, voilà qu’il est victime d’un AVC. Il a alors le réflexe d’appeler sa femme qui lui sauvera la vie. Mais Bruno est dans un sale état. Il va lui falloir 36 mois pour réapprendre à vivre normalement, ce qui veut dire marcher, parler, manger, bref tout ce qui nous semble acquis et qui peut disparaître en un instant. 

C’est grâce à un collègue que j’ai entendu parler de la bande dessinée « Silence radio » de Xavier Bétaucourt. Je connaissais un tout petit peu le travail de ce dernier, via d’autres BD que j’ai pu chroniquer comme « Quelques jours à vivre » ou « Trop vieux pour toi« . La plongée dans ce nouveau récit fut immédiate. On y découvre un personnage combatif, qui ne lâche rien, mais aussi une épouse beaucoup moins sereine, découragée, impatiente. A 54 ans, Bruno doit en effet tout recommencer à zéro ou presque. Pour ce faire, il a droit à des heures en tête-à-tête avec des kinés, des neurologues ou encore des orthophonistes. La route est longue mais Xavier est bien entouré, tant par sa famille que ses amis ou encore ses collègues qui attendent son retour de pied ferme. On a affaire à un beau témoignage, qui est positif, qui inspire. Le trait du dessin quant à lui, est doux et ajoute un surplus d’émotions à l’histoire. Une histoire qui, vous vous en doutez, se termine bien.

Laisser un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.