AntidépresSoeurs

trinquer

AntidépresSoeurs

« AntidépresSoeurs », c’est l’histoire deux amies que sont Charlotte et Valentine. La première travaille dans une start-up de l’amour, baptisée « Love Empire », une sorte de Meetic amélioré. Malheureusement, l’amour n’est pas au beau fixe côté perso ; Charlotte vient en effet de se faire larguer pour plus jeune qu’elle. Elle n’a pas renoncé aux hommes pour autant puisque la voici qui craque pour son nouveau patron !  Valentine quant à elle, est rédactrice en chef du magazine ExceptionnElles. Mariée et mère de famille, sa vie va connaître moult rebondissements suite à ses retrouvailles avec son amour de jeunesse. A 40 ans, ces deux copines n’ont pas dit leur dernier mot sur l’amour et tout ce qui va avec !

Charlotte Léman, l’auteure, m’a gentiment proposé de lire son ouvrage. N’étant pas contre l’idée de me plonger de temps à autres dans un roman chick-lit, et le résumé étant sympathique, je me suis lancée avec beaucoup d’enthousiasme dans cette nouvelle lecture.

Le lecteur a affaire à deux quadragénaires bien différentes l’une de l’autre mais qui ont pour point commun une volonté de filer le parfait amour. Ces meilleures amies pour la vie ont en effet eu leur quota de déceptions et il est grand temps pour elles que le bonheur frappe à leur porte. Bien qu’elles aient des jobs de rêve, elles ne sont pas heureuses, et pour y remédier, elles ont décidé de dresser une liste de défis à réaliser à l’occasion du nouvel anniversaire qui se dresse à l’horizon.  Alors si j’adore le principe de la liste, fanatique que je suis, j’avoue que celle-ci ne m’a faite envie ; je n’aurai jamais exécuté les ¾ des défis qui se trouvent dessus, probablement parce que je ne suis pas assez déjantée. Par ailleurs, j’ai eu un peu du mal avec le comportement des deux copines à certaines occasions, mais là encore tout dépend de notre façon de vivre et de notre personnalité.  « AntidépresSoeurs » reste un roman léger, avec de l’humour et de l’amour à gogo, idéal pour se détendre après une longue journée de travail !

Repose-toi sur moi

Repose-toi sur moi

« Repose-toi sur moi », c’est l’histoire de deux voisins d’un immeuble parisien qui vont tomber amoureux l’un de l’autre. D’un coté, il y a Ludovic, un ancien agriculteur qui s’est reconverti dans le recouvrement de dettes. Son bureau change tous les jours, au fur et à mesure des personnes à qui il doit rendre visite. De l’autre côté, il y a Aurore, une styliste, mariée et mère de famille, qui rencontre pas mal de problèmes à son travail. Autour d’eux, se trouvent des corbeaux, par dizaine ; c’est d’ailleurs un peu grâce à eux que ces deux-là vont se rencontrer.

Le roman « Repose-toi sur moi » de Serge Joncour a remporté le Prix Interallié 2016. Je profite de cette chronique pour remercier les éditions J’ai Lu qui m’ont gentiment offert cet ouvrage. C’est donc (déjà) le troisième livre que je lis de Serge Joncour. Ayant beaucoup apprécié « L’écrivain national »,  je me suis lancée dans cette nouvelle lecture ; il faut dire que la 4e de couverture, et plus particulièrement cette histoire de corbeaux a attiré ma curiosité !
J’ai trouvé le personnage de Ludovic fort intéressant. Dès les premiers chapitres, nous découvrons cet agent du recouvrement qui aime faire dans le social, et qui tient à tout prix à résoudre les problèmes de dettes de chacun.  L’histoire des corbeaux quant à elle, m’a forcément fait penser aux oiseaux d’Hitchcock, et il s’agit sûrement d’un clin d’œil de l’auteur au cinéaste. Ces oiseaux ajoutent en effet un brin de morosité et rendent l’ambiance plus pesante. Enfin, j’avoue que je n’aurai jamais imaginé ces deux voisins que tout oppose tomber follement amoureux, d’autant plus qu’Aurore, la styliste, est une femme casée (vous me direz, ça n’empêche pas certains de se lancer).  En bref, c’est un roman contemporain agréable à lire, malgré parfois quelques lenteurs.

Addict

portrait d'adolescente

Addict

Depuis le dernier « accident », Vee, 17 ans, est sous l’étroite surveillance de ses parents. Il n’y a que son rôle de maquilleuse dans la troupe de théâtre du lycée qui lui permet de s’aérer un peu l’esprit. Un soir, en se connectant sur Internet, l’adolescente découvre un drôle de réseau social baptisé « Addict ».  Derrière le nom se cache un jeu trash, dans lequel la réalisation de défis permet de gagner de superbes cadeaux. Vee accepte la première action qui lui est proposée et tombe alors dans un cercle vicieux, où l’adrénaline laisse peu à peu place au danger.

« Addict » de Jeanne Ryan a été mis sous le feu des projecteurs récemment grâce à l’adaptation cinématographique qui en a découlé. Cette adaptation, connue sous le nom de « Nerve » est sortie l’an dernier sur grand écran. On retrouve notamment au casting la sublissime Emma Roberts. Pour ma part, c’est après avoir regardé le film – que j’ai trouvé génial – que j’ai décidé de lire le roman de Jeanne Ryan.

Si « Addict » et « Nerve » ont une histoire et des personnages en commun, il y a des différences à noter. Le personnage de Vee par exemple, n’a pas du tout le même caractère dans l’ouvrage et au cinéma. Quant aux défis, je les ai trouvés beaucoup plus malsains dans le livre que dans le film. Après, tout reste affaire de point de vue.

« Addict » porte bien son nom. Les joueurs sont accros, au même titre que les voyeurs…et le lecteur ! Tout comme les personnages, on a hâte de connaître les prochains défis, et tout comme eux, on reçoit une bonne dose d’adrénaline. Addict est un jeu dangereux, pervers, qui reflète bien la société actuelle. Il suffit de se connecter à Facebook pour trouver quelques points communs.

La Belle et la Bête – histoire éternelle

Disney

La Belle et la Bête

La jolie Belle est depuis quelque temps maintenant chez la Bête, en compagnie de Lumière, Big Ben, Mme Samovar et Zip. Un jour, la Bête décide de lui faire découvrir son immense bibliothèque remplie de milliers de livres. Afin de la divertir et de lui faire un cadeau, la Bête lui offre la salle. Jour après jour, Belle passe de plus en plus de temps dans la bibliothèque. Elle y découvre un ouvrage mystérieux, du nom de « Nevermore ». En le lisant, la jeune femme arrive à pénétrer dans un univers fascinant où les personnages prennent vie et l’incitent à y rester. Le livre enchanté lui permet de mener des conversations passionnantes et d’avoir tout ce qu’elle a toujours désiré. Mais ce monde est-il bien réel ?

Publié chez Disney, « La Belle et la Bête – histoire éternelle » surfe sur le succès du dessin animé adapté récemment au cinéma, avec Emma Watson. Écrite par Jennifer Donnelly, cette fiction dans la fiction raconte le quotidien de la Belle et la Bête. La majeure partie de l’histoire se déroule dans la bibliothèque, un endroit que les passionnés de lecture ont toujours rêvé un jour d’avoir chez eux, tellement le lieu est grandiose. Parmi les milliers de manuscrits possédés par la Bête, « Nevermore » retient l’attention de la villageoise. Un livre a priori sans grande prétention qui a pourtant des pouvoirs magiques et qui va révolutionner le quotidien de Belle. Mais derrière la perfection se cache un monde tout sauf idyllique.

J’ai beaucoup aimé cette histoire parce qu’elle nous permet de découvrir un nouveau pan du conte de Disney. En plus, rendez-vous compte, tout ou presque se passe dans la bibliothèque ! Le rêve ! Ce qui est plutôt pas mal aussi, c’est que les personnages secondaires tels que Zip ou Mme Samovar sont davantage mis en avant. Tout ça pour vous dire que si vous appréciez l’univers Disney, vous pouvez vous jeter sur ce livre les yeux fermés !

Je sais pas

petite fille qui ne dit rien

Je sais pas

A l’école maternelle des Pinsons, la journée qui s’annonce sort un peu de l’ordinaire. Les instituteurs profitent en effet d’une belle météo pour organiser une sortie avec les élèves. Sur place, les enfants doivent entre autres construire des cabanes. Mais le courant entre Emma, 5 ans, et la jeune institutrice Mylène ne passe pas.  Lorsque vient l’heure de rentrer, la petite fille est introuvable. Les éducateurs se mettent alors à sa recherche, pensant que cette dernière s’est perdue en forêt. Les forces de l’ordre sont également déployées. Et puis Emma réapparaît, comme si de rien n’était, incapable de raconter ce qu’il s’est passé. Le hic, c’est que Mylène manque désormais à l’appel.

Je ne lis pas souvent des thrillers mais quand cela arrive, je suis rarement déçue par mes choix ! « Je sais pas » c’est le dernier roman écrit par Barbara Abel. J’aime bien quand il y a beaucoup de suspense et quand on s’interroge sur le personnage principal. En l’occurrence ici, il y en a deux. D’une part, Emma, une adorable petite peste peu appréciée par les autres enfants, et Mylène, une instit mal dans sa peau, qui a parfois des difficultés à maîtriser ses émotions.

La 4e de couverture du roman « Je sais pas » en dévoile en fait très peu sur le récit. Le lecteur sait juste qu’une fillette disparaît dans les bois, or ce n’est que le tout début de l’aventure. L’éducatrice va être en effet une victime collatérale de ladite disparation et les heures seront comptées. Je ne vous spoile pas davantage, cela risquerait de gâcher un peu votre lecture. Sachez juste, comme le souligne le résumé, que derrière un visage d’ange peut parfois se cacher un démon…