La bibliothèque Angelica

La Bibliothèque Angelica

La Bibliothèque Angelica

La bibliothèque Angelica est une bibliothèque publique située en plein cœur de Rome, sur la place Sant’Agostino. Fondée en 1604 grâce à l’évêque Angelo Rocca, elle compte pas moins de 2700 volumes latins, orientaux et grecs, 20 000 imprimés du XVIe siècle, parmi lesquels on retrouve notamment des cartes et des gravures.

Elle est considérée comme un centre important, puisqu’en plus de posséder le Codex Angelicus, elle est une référence sur l’histoire des Augustins, ainsi que sur la Réforme et la Contre-Réforme.

La Bibliothèque Angelica

La bibliothèque est ouverte à tous, tous les jours, sauf le dimanche, dès 8h30. Du mardi au jeudi, elle ferme à 13h45, et est ouverte les autres jours jusqu’à 19h.

La Bibliothèque Angelica

Sur place, vous pouvez admirer la salle d’étude. Mais au préalable, vous devrez passer par une autre pièce plus administrative, qui contient notamment les fiches d’inscription. La salle d’étude est splendide ; il y a des livres du sol au plafond, une petite table thématique et de nombreuses tables pour travailler et faire des recherches au calme. Le gros bémol lorsqu’on est touriste, c’est que nous ne pouvons faire le tour de ladite salle. En effet, il y a une ligne rouge à ne pas dépasser. Vous aurez beau dire que vous ne dérangerez personne et que vous travaillez vous aussi dans le monde des livres, il n’y aura rien à faire… Aussi ce fut une petite déception, bien que j’en ai pris plein les yeux !

Publicités

Le festival BD de Contern

Festival BD de Contern

Festival BD de Contern

L’été dernier, je suis allée chez mes voisins les Luxembourgeois pour assister au 24e Festival de la Bande Dessinée de Contern. Il s’agit d’un assez grand festival, qui se déroule toujours mi-juillet et qui accueille près d’une soixantaine d’auteurs. Le centre du village est fermé à la population pour que les badauds puissent s’y promener tranquillement. Alors certes, il y a une entrée de 3€ à payer, mais en échange,  on vous donne quelques goodies et notamment un sac assez solide aux couleurs du festival pour faire votre shopping.

Festival BD de Contern

Les fanatiques de BD peuvent faire le plein. Il y a des dizaines et des dizaines de stands de BD d’occasion. On y trouve aussi bien les BD classiques que les dernières nouveautés à des prix cassés. Personnellement, j’en ai profité pour compléter ma série de Schtroumpfs, grande fan que je suis.

Le festival BD de Contern, c’est aussi l’occasion de voir des expositions, à l’instar en 2017 des Chiens dans la Bande Dessinée, et d’aller à la rencontre des auteurs. C’est ainsi que j’ai pu apercevoir Turf ou encore Mike Perkins, parrain de cette nouvelle édition.

Festival BD de Contern

Outre les stands de bandes dessinées, on peut y trouver énormément de produits dérivés. Tintin, Spirou, Star Wars, Astérix, Batman, les héros se déclinent en t-shirts, mugs, posters, casquettes, porte-clés et autres objets phares. Dur dur de résister à tous ces beaux objets de collection…

Les enfants ne sont pas en reste, puisqu’un tas d’animations leur sont proposées. Structures gonflables, concours de dessin, maquillage, défilé de clowns, impossible de s’ennuyer !

Festival BD de Contern

On peut aisément passer la journée sur place. Gaufres, grillades, hamburger d’autruche (la spécialité de Contern), pasta bar, boissons, de nombreux mets sont préparés en direct pour déjeuner à l’extérieur et faire une pause entre deux achats.

Je recommande chaudement ce festival à tous les amateurs de BD qui, je suis sûre, sauront y trouver leur bonheur !

Settembrini

café restaurant

Settembrini

café restaurant

Settembrini

Settembrini est un café-restaurant que j’ai découvert par le plus grand des hasards à Rome, en feuilletant le Guide Michelin. L’endroit est chaleureux et tenez-vous bien… il est aussi rempli de livres ! Des livres en italien, certes, mais des livres quand même et ce, du sol au plafond ! Settembrini se décline en deux adresses distinctes dans la capitale italienne. Pour ma part, je vous invite à découvrir le restaurant qui fait l’angle entre la rue Giuseppe Avezanna et la Via Ciro Menotti.

café restaurant

Settembrini

La cuisine est faite maison. Elle est originale, voire surprenante, et les assiettes sont très bien décorées. Pour vous donner quelques exemples de plats que vous pouvez manger sur place ou emporter : des salades, des huîtres, du risotto, de la truite fumée ou encore du saumon. Le chef vous réserve aussi parfois quelques surprises. Aussi le dessert que vous pouvez apercevoir en photo ci-dessous a été commandé à notre table, sans que nous sachions ce que nous allions recevoir !

dessert

Settembrini

L’intérieur est plutôt convivial, propice aux rencontres, puisqu’on y trouve de grandes tables pour se mélanger les uns aux autres.  Qui plus est, les prix ne sont pas excessifs et les amoureux des livres en prendront plein les mirettes !

En somme, une adresse qui sort de l’ordinaire et qui change un peu des restaurants traditionnels, tant du point de vue du décor que de l’assiette.

Sur les traces du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

S’il y a bien un livre qui m’a donné envie de voyager, c’est « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » de Mary-Ann Shaeffer et Annie Barrows. L’histoire se déroule à Gernesey, une île anglo-normande située, comme son nom l’indique, entre la France et la Grande-Bretagne.  Nous sommes alors en 1946, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Juliet, une auteure anglaise, trouve l’inspiration pour son prochain roman dans la lettre d’un inconnu, natif de l’île. Une correspondance se crée et Juliet découvre le charme de Guernesey, d’un club de lecture pas comme les autres et une recette originale de tourte aux épluchures de patates… L’ouvrage paru en 2008 est devenu un véritable best-seller et a fait la renommée de l’île. L’été dernier, j’ai donc fait ma valise pour Guernesey.

jardin fleuri

Candie Garden

Après une traversée en ferry de deux heures, me voici sur les terres du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates. Sur place, le bouquin ne passe pas inaperçu et s’est décliné en badge, mug, magnet et serviette dans de nombreuses boutiques.

chapelle

Little Chapel

A l’office de tourisme de St Peter Port, il existe un plan de Guernesey avec tous les endroits cités dans le livre. Voici la liste des 20 points à visiter pour faire le tour du roman, si jamais l’envie vous titille un jour de vous rendre sur place. J’ai surligné en gras les lieux où je suis passée :

  • Fort Saumarez. C’est un complexe et une tour d’observation de la Seconde Guerre mondiale
  • La Corbière. Paysage au bord de la falaise
  • Occupation Museum. Il s’agit d’un chouette musée axé sur l’occupation allemande de l’île pendant la guerre. On y trouve de nombreux objets, la reconstitution d’une ruelle et un tea-room.
  • Little Chapel. Construite en céramique, elle est notée comme étant la plus petite église du monde. On peut faire un tour à l’intérieur.
  • German Underground Hospital. Musée et hôpital allemand de la Seconde Guerre mondiale. Au programme : 2 km de balade et quelques pièces laissées dans l’état.
  • Sausmarez Manor. Un manoir historique qui, d’après la pancarte sur place, figure parmi les plus hantés d’Angleterre. On y trouve également une petite boutique, un jardin tropical et un petit train.
  • La Bouvée & Calais Lane, St Martin’s. Les personnages que sont Dawsey, Amelia, Isola et Eben vivent dans ce secteur.
  • Fermain Bay & Cliff Path. Un nouveau paysage au bord de la falaise ainsi qu’une belle plage.
  • Government House. C’est la résidence privée du lieutenant-gouverneur de Guernesey.
  • Headquarters of the German Feld Kommandant. Il s’agit aujourd’hui d’une Grange Lodge Hotel.
  • Fountain Street. Une rue sympathique pour faire du shopping à St Peter Port.
  • Guernsey Market. Traduisez : le lieu du marché à St Peter Port.
  • High Street & Le Pollet. Toujours des rues pour faire du shopping.
  • Crown Hotel. Aujourd’hui, c’est la maison publique du navire et de la couronne.
  • St Peter Pot Harbour. Le port.
  • Sausmarez Street. Il s’agit d’une rue résidentielle à St Peter Port.
  • Town Hospital. Aujourd’hui, devenu le quartier de la police.
  • Candie Gardens & Museum. Un très beau jardin qui comprend également un musée, un tea-room, deux statues que sont celles de Victor Hugo et de la Reine Victoria, et une belle bibliothèque.
  • Dehus Dolmen. Apparemment, il s’agirait d’après ce que j’ai compris d’un tombeau ouvert qui a été bien préservé et qui est ouvert au public.
  • La Grande Havre. Une belle plage avec un superbe paysage.
ville portuaire

St Peter Port

Hauteville House

maison de victor hugo

Hauteville House

maison escalier de victor hugo

Hauteville House

Hauteville House, c’est l’intitulé d’une série de bande dessinée de science-fiction écrite et illustrée par Fred Duval, Christophe Quet et Thierry Gioux, mais c’est aussi et surtout la maison de Victor Hugo sur l’île de Guernesey.

C’est en mai 1856 que l’écrivain achète cette propriété à St Peter Port, grâce au succès de son recueil de poésie baptisé « Les Contemplations ». Fuyant Napoléon III, Victor Hugo s’exile dans un premier temps en Belgique, puis sur l’île de Jersey. C’est finalement sur l’île de Guernesey que l’auteur restera. Il est en effet impossible d’expulser des personnes étant propriétaires.

cuisine maison de victor hugo

Hauteville House

Victor Hugo y vivra jusqu’en 1870 avant de rentrer en France. Il y fera par la suite de courts séjours. Composée de quatre niveaux, la demeure appartient aujourd’hui à la ville de Paris. Elle a été entièrement décorée par le dramaturge. Si l’on connaît en effet le talent de Victor Hugo pour l’écriture, on ignore cependant sa passion pour la décoration. Tapisseries, meubles en bois de chêne, initiales gravées dans le mobilier, intérêt pour les « chinoiseries », Victor Hugo passe un temps fou à créer, imaginer et réinventer les pièces de sa maison.

maison de victor hugo

Hauteville House

Au rez-de-chaussée bien sombre, figure un petit salon doté d’un billard. Sur les murs, on peut apercevoir plusieurs portraits de famille. A côté, se situe « le salon aux tapisseries », où l’on trouve notamment une porte secrète donnant sur le cabinet de photographie de l’auteur.  Il y a aussi le couloir aux faïences, le jardin d’hiver et la salle à manger réalisée à partir de carreaux de Delft. Dans cette dernière, Victor Hugo organisait ponctuellement des repas pour les plus pauvres de l’île.

maison de victor hugo

Hauteville House

Au premier étage, on découvre deux salons : le rouge et le bleu. C’est dans ses pièces que Victor Hugo recevait ses invités, tels qu’Alexandre Dumas. Au second étage, se trouve sans aucun doute la pièce la plus impressionnante de la maison : le bureau et la chambre du poète, entièrement réalisés en chêne. Victor Hugo y passera seulement quelques nuits, très mauvaises d’ailleurs. Sur le palier, le visiteur peut observer la bibliothèque de l’auteur. Au troisième étage enfin, se situe le « look-out », une sorte de bureau avec une vue magnifique sur la mer. C’est ici que Victor Hugo laissait libre cours à son imagination et qu’il termina notamment « Les Misérables ». La pièce contient par ailleurs un lit. C’est là que l’auteur dormait la plupart du temps.

chambre de victor hugo

Hauteville House

La maison possède évidemment d’autres chambres, à savoir celles des enfants et de la femme de Victor Hugo, mais elles ne peuvent être visitées. Hauteville House dispose par ailleurs d’un grand jardin propice à la rêverie et à la lecture. L’écrivain y a planté un chêne le 14 juillet 1870 juste avant son retour d’exil. Le jardin peut être visité gratuitement.

Si vous souhaitez visiter la demeure, sachez que cela se fait uniquement sur visite guidée par groupe de dix personnes. Comptez approximativement une heure pour découvrir Hauteville House et approfondir vos connaissances sur l’auteur.