Avec Maman

écran de smartphone

Avec Maman

Maman a décidé se mettre aux SMS et au début, ce n’est pas chose aisée. Chaque jour, elle correspond avec son fils, lui demande de ses nouvelles, lui souhaite un bon week-end. Elle apprend les acronymes du langage Web, manie doucement mais sûrement les smileys et se bat de temps à autre avec le correcteur orthographique automatique. Il y a du sarcasme, de l’humour, de la tendresse, parfois des reproches mais souvent beaucoup d’amour.

Alban Orsini a décidé de transformer cet échange de textos en recueil.  D’abord mises en ligne sur Tumblr et Facebook, les conversations ont finalement donné un livre, « Avec Maman » dans lequel on rit, on s’émeut, on pleure même.

Ce livre m’a plu parce qu’il m’a fait rire. Pas seulement sourire non, rire. Au point de relire à haute voix des passages pour les faire partager à d’autres. Au point de prêter mon exemplaire. Et puis il faut dire qu’à la lecture des SMS, j’ai pu reconnaître des messages que l’on s’adresse avec mes parents, et c’est ce qui est encore plus touchant. On constate parfois le décalage qu’il peut y avoir entre les générations et on se rend compte que l’on a en commun certaines anecdotes. Si vous voulez rire un bon coup, foncez vous acheter un exemplaire. Ça se lit vite, ça vous fait passer un bon moment et croyez-moi, vous ne le regretterez pas !

Cliquez ici pour commander « Avec Maman »

Publicités

Ça m’agace !

rature encre

Ça m’agace !

C’est un fait : parfois, un rien peut nous rendre heureux. Mais cela fonctionne aussi dans l’autre sens : un rien peut nous agacer. Et c’est sur cette partie que Jean-Louis Fournier a décidé de s’attarder dans son ouvrage : les choses qui nous agacent.

Véritable recueil de billets d’humeur, « Ça m’agace » évoque tout ce qui est susceptible de nous énerver. Cela peut être le mec qui a décidé de se jeter sous le TGV que vous avez pris, le moustique qui vous empêche de dormir, l’ouvre-boîte qui fait des dégâts, ou encore les routiers qui doublent sur l’autoroute…Cela peut-être aussi de simples paroles, comme la personne qui vous demande si vous étiez chez le coiffeur lorsque vous abhorrez une nouvelle coupe de cheveux, ou ceux qui ont tendance à mettre des guillemets à l’oral. Impossible de ne pas se reconnaître dans au moins un des énoncés !

Cliquez ici pour commander « Ça m’agace »

Adopteunjules.com

princesse avec un crapaud dans son lit

Adopte un jules.com

Adopteunjules.com est tiré d’un spectacle éponyme qui cartonne en France et à l’étranger depuis 2013. Plus de 250 000 spectateurs (bon, surtout des spectatrices) y ont déjà assisté. Dans cet ouvrage, Elisa Valentin et André Gaston donnent les clés aux princesses célibataires pour trouver le prince charmant et le garder.

Contrairement aux préjugés, ce petit « guide de survie » s’adresse aussi aux femmes en couple car, outre les conseils pour faire de bonnes rencontres, on y découvre également des recommandations pour le tout premier week-end en amoureux, le moment de l’emménagement et même la question du mariage. Comme de nombreux guides similaires, ce livre comporte de multiples clichés, des citations drôles et des scènes de la vie quotidienne qui ne sont pas sans rappeler des expériences que l’on aurait pu vivre personnellement.
Un ouvrage que l’on peut aussi mettre entre les mains des hommes pour les aider à mieux comprendre les femmes !
« Princesse : (n.f singulier) Jeune femme intelligente, sexy, drôle, dynamique qui, à la nuit tombée, mojitos obligent, croit en général embrasser un beau prince charmant et, au petit matin, se réveille, toujours, à côté d’un vilain crapaud. Contrairement aux croyances populaires, la vie de la princesse ne tient pas du conte de fées mais du cauchemar. A noter qu’une princesse ne fait jamais caca. A la limite elle murmure dans sa culotte. Et quand elle pète, ça fait des paillettes. »

Les perles des bibliothécaires

bibliothécaire

Les perles des bibliothécaires

Les bibliothécaires ont encore malheureusement mauvaise réputation. Beaucoup les imaginent avec des lunettes et un chignon sur la tête, un chemisier très serré, accompagnées d’un chat. Mais vous êtes-vous déjà adressé à un bibliothécaire ? Avez-vous pris une fois la peine de vous rendre dans la Médiathèque de votre ville et de faire ainsi la main basse sur les clichés ?

« Les perles des bibliothécaires », c’est l’envers du décor des bibliothèques. Ce sont les rencontres avec les différents usagers, les quiproquos, les fous rires et les demandes farfelues. Etant moi-même bibliothécaire, j’avais hâte d’acquérir ce livre. D’abord déçue par les premières pages, j’ai finalement bien ri et me suis retrouvée dans certaines situations. Moi-même, j’ai à mon actif un bon nombre de perles et pourtant, je ne suis qu’au début de ma carrière ! Entre les personnes qui vous demandent un livre sans connaître le titre ou l’auteur, celles qui veulent un ouvrage qui n’est même pas encore sorti en librairie, ou encore ceux qui se jettent sur les journaux du jour tels les oiseaux d’Hitchcock, je pourrais moi aussi écrire un livre…

Pour terminer ma chronique sur cet ouvrage paru aux éditions Fortuna, je vous livre mon passage préféré des « Perles de bibliothécaires » :

« Petites répliques habituelles qu’on aimerait bien balancer, mais qu’on ne fait pas :
– Bonjour, je cherche un livre.
– Ah non. Non, non. Non, désolé, on n’a pas ça ici, monsieur !
– S’il vous plaît, la photocopieuse est en panne !
– C’est con, hein !
– Bonjour, où sont les revues ?
– Dans ton cul !
– Où je peux trouver Camus, s’il vous plaît ?
– Ah désolé, Madame, il ne travaille pas ici !
– Je cherche Camus, s’il vous plaît.
– Ah je suis désolée, il est un petit peu mort ! »

Le sottisier des journalistes

journal

Le sottisier des journalistes

Il arrive parfois aux journalistes de commettre des bourdes, que ce soit en écrivant un article ou en prononçant une phrase. Les perles laissent alors place aux incohérences et autres coquilles. « Le sottisier des journalistes » est un festival à lui tout seul. A l’intérieur du recueil, le lecteur trouvera des titres et des articles parus dans la presse nationale et régionale, de temps en temps cocasses, mais toujours vrais ! 

Ayant réalisé des études et travaillé dans ce domaine, il allait de soi que ce livre allait me plaire ! Que de bourdes dans cet ouvrage de Philippe Mignaval ! Si certaines ont été corrigées avant parution, d’autres ont vraiment figuré dans les journaux !
« Le sottisier des journalistes » comporte aussi bien des petites annonces, des jeux de mots, des fautes, que des tournures de phrases drôles, bizarres ou inattendues. En voici un petit florilège qui, je l’espère, vous mettra l’eau à la bouche :
  • Dans le rayon antiquités : « Le maire rappelle aux organisateurs de bals que les demandes d’autorisation doivent être déposées au moins dix jours avant la date à laquelle elles sont formulées. »
  • Dans la catégorie « Paru, averé, attesté » : « A Lourdes, le soleil fera quelques apparitions » ; « La conférence sur la constipation sera suivie d’un pot amical. »
  • Dans la rubrique « Corrigé avant parution » : « La nouvelle présidente mènera ses troupes à la braguette » ; « Dans son fauteuil roulant, il attendait le voleur de pied ferme. » Et j’en passe…
Paru en 1996, « Le sottisier des journalistes » est un documentaire humoristique qui vous fera sourire, vous choquera peut-être par moment, mais qui vous laissera à coup sûr un bon souvenir !