Momo

petit garçon

Momo

A 5 ans, Momo a des allures de petit garcon et pourtant, derrière sa coupe courte, se cache une adorable petite fille. Éduquée par sa mamie dans un village portuaire de Normandie, elle croque la vie à pleines dents, tout en accumulant les bêtises. Courageuse et volontaire, elle a le temps long de son papa, marin et donc peu présent à la maison.

« Momo » est le premier volet d’un cycle de deux tomes de Jonathan Garnier et Rony Hotin. Impossible de ne pas craquer sur la couverture et sur la mignonne petite bouille de Momo. Je dois dire que j’ai aussi cru au début qu’il s’agissait de l’histoire d’un petit garçon. Je me suis prise d’affection pour lui et sa mamie, toujours aux petits soins. Momo est peureuse, drôle, inventive et curieuse. Si elle aide volontairement à cueillir les petits pois du potager, elle n’hésite pas en dehors de la maison à essayer de jouer les caïds et à faire peur à des garçons plus vieux qu’elle. Attachante au possible, Momo m’a fait un peu penser à Jojo de Gert’s car elle incarne à la fois l’intelligence et l’innocence. Le premier tome se termine sur un cliffhanger qui nous laisse pantois. Vous devinerez sans doute  que je me suis plongée rapidement dans la suite de ce chouette récit !

Cliquez ici pour commander « Momo »

Publicités

La guerre des tétons

fille à moitié nue

La guerre des tétons

Lili Sohn est une blogueuse illustratrice. Sur son site Tchao Gunther, elle évoque, armée de son crayon, son combat contre le cancer du sein. Le succès auprès des lecteurs fut tel que la jeune femme a été publiée. Son histoire, baptisée « La guerre des tétons » se décline ainsi en trois tomes de bande dessinée : « Invasion », « Extermination » et « Mutation ».

L’illustratrice n’a que 29 ans lorsqu’on lui diagnostique un cancer du sein. Pour extérioriser ses émotions et faire part de la nouvelle à ses proches, elle décide d’ouvrir un blog. Ce dernier, à l’instar des BD, raconte avec humour la découverte du cancer, l’annonce à la famille, aux amis, mais aussi le milieu médical, le traitement, les multiples opérations et traitements qu’elle a dû subir.

Je n’ai pas été charmée par le dessin, c’est vrai, mais le récit m’a beaucoup touchée. J’ai même dû faire une pause une fois arrivée au milieu du 3e tome parce que cela faisait beaucoup de choses à digérer et que certaines épreuves sont tout de même assez dures.  Alors, même si aujourd’hui  nombreuses sont les personnes à guérir du cancer du sein, cela reste tout de même un parcours du combattant. Il faut donner beaucoup de soi pour vaincre la maladie, faire d’énormes concessions, être soutenue, et parfois, devoir tirer un trait sur certaines choses, parvenir à se reconstruire. J’applaudis vraiment Lili Sohn pour son témoignage qui ne m’a pas laissée de marbre, qui m’a même fait flipper par moment je l’avoue, mais qui démontre, une fois de plus qu’il ne faut pas prendre sa santé à la légère.  Gardons bien en mémoire que nous ne sommes pas comme les chats, nous n’avons pas neuf vies !

Un bébé à livrer

animaux de la ferme

Un bébé à livrer

A la ferme, alors que chacun s’attèle à sa tâche, voilà qu’une cigogne se casse une aile, alors qu’elle était en pleine livraison de bébé… C’est donc le canard idiot, le lapin crétin et le gentil cochon qui vont s’y coller. La première étape est de trouver la direction d’Avignon, endroit où devait être livré le chérubin. Autant dire que ce n’est pas gagné d’avance…

Après avoir lu « Le grand méchant renard », c’est avec un énorme plaisir que j’ai retrouvé le coup de crayon de Benjamin Renner. Ce nouveau conte aux apparences de road-movie est tout simplement hilarant ! « Un bébé à livrer » est un vrai cartoon avec trois compères aux caractères bien différents. Les gags et les catastrophes s’enchaînent, et nos aventuriers arrivent à se mettre dans des situations rocambolesques pour notre plus grand plaisir.

J’ai été spoilée dans ma lecture car je suis allée voir « Le grand méchant renard » au cinéma avant ma lecture, et il se trouve que le film raconte trois contes aux spectateurs, dont celui du Bébé à livrer. Peu importe, il se trouve au final que certains détails changent et que la bande dessinée comporte des scènes supplémentaires. Et puis ce fut une joie de retrouver le lapin, le cochon et le canard, des sacrées bestioles aussi attachantes sur le renard !

Cliquez ici pour commander « Un bébé à livrer »

 

Tout plaquer et aller prendre un bain

prendre un bain

Tout plaquer et aller prendre un bain

« Tout plaquer et aller prendre un bain », ce titre sonne bien ! Ce titre donne aussi envie de se plonger rapidement dans cette bande dessinée. A l’intérieur, Mathou (l’auteure), connue aussi sous le pseudo « Crayon d’Humeur », nous propose ses petits moments qui la rendent heureuse. Il s’agit là d’un livre poétique, pour rire, pour sourire, pour s’émouvoir, se reconnaître au travers des illustrations. Cette BD, c’est une succession d’instants réels ou rêvés qui nous montre les bons côtés de la vie. Il y a les petits moments de tous les jours et ceux qui sont plus ponctuels. C’est une bande dessinée pleine de couleurs, des dessins tout en rondeur. Impossible de ne pas tomber sous le charme du crayon de Mathou et de ce livre arc-en-ciel.

Pour ma part, je me suis reconnue dans bon nombre d’illustrations. Je ne prends que quelques exemples tels que « Regarder un film avec un plaid même en été », « Eclater de rire », « Marcher sur le sable », « L’odeur des livres », « Boire un chocolat chaud » pour vous montrer à quel point il est facile de se reconnaître dans les dessins. Alors bien entendu, le livre n’est pas exhaustif et on pourrait facilement imaginer un tome 2, un tome 3, mais il a l’avantage de nous donner la patate et de nous montrer que le bonheur est à portée de mains. « Tout plaquer et aller prendre un bain » est selon moi une BD incontournable à ajouter à sa bibliothèque idéale !

Cliquez ici pour commander « Tout plaquer et aller prendre un bain »

Emma et Capucine

ballerine

Emma et Capucine

Emma et Capucine sont deux jeunes sœurs qui ont une passion commune : la danse classique. Toutes deux rêvent d’entrer à l’école de danse de l’Opéra de Paris pour devenir des danseuses étoiles. Soutenues par leur mère, les deux adolescentes s’entraînent intensivement pour passer les auditions. Capucine réussit avec brio mais pas Emma, pour qui le monde s’écroule. Heureusement, il est possible pour la jeune fille d’étudier dans d’autres écoles très intéressantes, mais Emma commence à se demander ce que le ballet représente vraiment pour elle…

Le premier tome de la série « Emma et Capucine » intitulé « Un rêve pour trois » pose le décor : deux adolescentes très douées en danse qui rêvent de fouler la scène de l’Opéra de Paris. Un père qui les soutient et une mère qui les entraîne quotidiennement, quitte à en faire trop. Car, à travers ses filles, elle cherche aussi à réaliser son propre rêve. Malheureusement, tout ne va pas toujours comme on le souhaite et Emma rate les auditions. Dégoûtée, elle se remet complètement en question et commence à délaisser la danse classique au profit du hip-hop. Quant à Capucine, elle se voit mal évoluer à l’Opéra sans avoir sa sœur à ses côtés.

J’attendais impatiemment de pouvoir lire ce premier volume de Jérôme Hamon et Lena Sayaphoum car la couverture et le résumé me plaisaient beaucoup et les avis étaient favorables sur la toile. Cela vous étonne-t-il si je vous dis que je l’ai dévorée en moins de 20 minutes ? Les dessins sont vraiment chouettes et le récit est empreint de réalisme et de douceur. C’est simple, on s’y croirait ! J’ai vraiment hâte de lire la suite des aventures d’Emma et Capucine.

Cliquez ici pour commander le premier tome de la BD « Emma et Capucine »