Amour

Amour

A travers l’album pour enfants « Amour » disponible aux éditions d’Eux, Matt De La Pena, l’auteur, et Loren Long, le dessinateur, évoquent l’amour sous toutes ses formes. Que ce soit la voix de nos parents qui nous berce pour nous endormir, du réconfort d’un proche, d’éclats de rire d’amis ou encore dans la musique, l’amour est partout autour de nous. Il suffit de lever les yeux, d’écouter, d’aimer.

Si certaines pages m’ont tout de même laissée perplexe car je ne pense pas avoir saisi forcément le message, la plupart m’ont enchantée. Je vous livre ma favorite en espérant de pas me faire taper sur les doigts par l’auteur, mais c’est pour vous mettre l’eau à la bouche. C’est d’ailleurs la toute première de l’album :

«  Au commencement, il y a la lumière puis, au pied de ton lit, deux personnes aux yeux écarquillés. Et, ce que tu entends dans leur voix, c’est l’amour. »

Avec cet album poétique, il est ainsi possible d’évoquer avec l’enfant les émotions de façon générale, mais aussi la famille, les valeurs qui nous sont chères et la société dans laquelle on vit.

Le jardinier qui cultivait les livres

Le jardinier qui cultivait des livres

Il était une fois un jardinier solitaire, passionné par les livres, à tel point qu’il en plantait dans son jardin à côté des légumes. Aussi, dans son potager, on y trouvait des bandes dessinées, des romans et des albums. Un jour, il y découvrit une petite fille, elle aussi bien seule. Ensemble, ils se découvrent un amour commun pour les mots et s’apprivoisent pour ne plus se quitter.

Voilà, je me mets à la lecture d’albums pour la jeunesse ! Je me suis dit qu’une nouvelle catégorie destinée au très jeune public apportera un vent de fraîcheur sur le blog et sera susceptible d’intéresser les parents, comme les enseignants ou les professionnels de la petite enfance. Bref, une nouvelle catégorie pour conquérir de nouveaux lecteurs !

« Le jardinier qui cultivait des livres » écrit par Nadine Poirier et illustré par Claude K. Dubois est donc l’album qui ouvre le bal. L’histoire met sous le feu des projecteurs le pouvoir des livres et l’importance de la lecture de la plus belle des manières. Accompagné d’un dessin très doux, l’auteure évoque plusieurs sujets tels que la paternité, la solitude et l’empathie. Le vocabulaire étant assez riche, le récit s’adresse plutôt aux « grands enfants ». Pour moi, c’est un véritable coup de cœur, tant du point de vue des illustrations que de l’histoire. C’est touchant, poétique, tendre et rempli de bons sentiments.