Les quatre sœurs March

Les quatre soeurs March

« Les quatre filles du Docteur March » font partie de la littérature classique américaine, au même titre que « Les raisins de la colère » de John Steinbeck ou « Moby Dick » d’Herman Melville. Comme bon nombre de ces ouvrages intemporels, le livre signé Louisa May Alcott, paru pour la première fois en 1869, a droit à son lot d’adaptations et de réécritures. Aux éditions Jungle, Rey Terciero et Bre Indigo ont publié dernièrement « Les quatre sœurs March », un roman graphique revisité.

La bande dessinée remet au goût du jour une vieille histoire en la transposant au XXIe siècle. Meg, Jo, Beth et Amy sont quatre jeunes new-yorkaises dont le père est parti en intervention militaire au Moyen Orient. Leur mère, infirmière, accumule les heures supplémentaires pour subvenir aux besoins de la famille. Mails, journaux intimes, illustrations, la BD mélange les styles pour devenir un ouvrage 2.0. Il est question de famille bien sûr, mais aussi d’amour et d’identité. L’originalité réside par ailleurs dans la mise en avant du droit des femmes et de la cause LGBT. Un roman graphique somme toute réussi qui ne pourra que parler aux adolescentes d’aujourd’hui.

 

Publicités

Comme sur des roulettes

chaise roulante

Comme sur des roulettes

Héloïse, 15 ans, est une adolescente qui étouffe. Sa sœur aînée est sur les bancs de l’université, son père est plongé dans son travail d’écriture et sa mère ne fait guère attention à ses problèmes. Désormais en seconde, la jeune fille a du mal à se faire des amis. Hormis Lucille, ses camarades ont tendance à l’éviter, Héloïse étant en fauteuil roulant. Heureusement, l’adolescente finit par trouver une échappatoire : les cours de théâtre.

« Comme sur des roulettes » est un roman Young Adult, écrit par Laura Ferret-Rinçon. C’est un ouvrage qui aborde le handicap physique, mais aussi le harcèlement scolaire, la quête identitaire, l’amitié et le premier amour.

En tant qu’adulte, le roman m’a beaucoup plu et je pense qu’il m’aurait plu encore davantage si je l’avais lu lorsque j’étais adolescente. Les réflexions d’Héloïse ont beaucoup résonné en moi, peut-être parce que j’ai vécu certaines situations. Etre handicapé n’est pas chose facile au quotidien, encore moins lorsque les gens vous rejettent. Le personnage principal va vivre ici de nombreux événements qui vont l’aider à grandir et à prendre de l’assurance. Tout d’abord, le premier amour, le temps d’un été qui, même s’il va lui donner des ailes, va également provoquer un déclic. Puis, les cours de théâtre vont lui permettre de prendre confiance, à s’exprimer, mais aussi à créer de nouvelles amitiés. Enfin, on sait que les voyages forment la jeunesse, et Héloïse ne va pas passer à côté de cette vérité, de par son séjour scolaire en Finlande.

Avec son roman, Laura Ferret-Rinçon fait passer de beaux messages : il faut apprendre à avoir confiance en soin, et cela se travaille ; il ne faut pas hésiter à plonger dans l’inconnu et surtout, il faut arrêter d’avoir des préjugés. Plus facile à dire qu’à faire n’est-ce pas, mais les livres sont justement là pour nous guider.

Ghost in Love

Ghost in Love

Thomas est un pianiste professionnel réputé, qui se produit aux quatre coins du monde. Ses plus grandes admiratrices ne sont autres que sa maman et la meilleure amie de cette dernière. Un soir, pour se détendre, le musicien s’allume un joint et voit apparaître son père, décédé il y a cinq ans. S’agit-il d’un rêve ? D’une illusion ? D’un fantôme ? Peut-être bien. Et peut-être que son père est tout simplement venu lui demander un ultime service. Commence alors un voyage pour rattraper le temps perdu.

Marc Levy retourne à ses premiers amours avec « Ghost in Love », en partageant avec nous une nouvelle histoire digne de ses débuts. L’auteur renoue en effet avec des histoires de fantômes, dans lesquelles nous nous situons entre le monde des vivants et celui des morts. Et petite surprise au programme : les héros du tout premier livre de l’écrivain, « Et si c’était vrai » sont de retour parmi les personnages secondaires ! Un clin d’œil fort sympathique aux lecteurs de la première heure.

Cette fois-ci, Marc Levy nous embarque direction San Francisco, ville où Thomas a trois jours pour réaliser le dernier souhait de son père. Un vœu qui va lui permettre de vivre une aventure hors du commun et de revoir des personnes qui ont marqué son enfance. Mais comme toute bonne famille qui se respecte, celle de Thomas a aussi ses petits secrets. Des cachotteries qui vont donner lieu à des moments rocambolesques, tantôt drôles, parfois émouvants.

J’ai beaucoup apprécié ce nouveau roman de Marc Levy. Cela faisait bien longtemps que l’auteur ne m’avait pas transporté ! Même si l’histoire fait énormément penser à son premier roman, il n’en reste pas moins magique ! Je vous le conseille vivement pour cet été, ou pour n’importe quelle autre saison d’ailleurs. Quant à ceux qui critiquent le romancier sans même l’avoir lu, criant haut et fort qu’il s’agit de romans de gare, prenez la peine d’ouvrir un de ses ouvrages avant de le blâmer…

Surprends-moi

Surprends-moi

Sylvie et Dan filent le parfait amour depuis dix ans. Parents de jumelles adorables, ils vivent un bonheur sans nuage jusqu’au jour où leur médecin leur annonce qu’ils vivront probablement centenaires. En clair, il se pourrait fort qu’ils passent encore les 68 prochaines années ensemble. Une bonne nouvelle ? Pas tant que ça. Voilà que le couple panique à l’idée de partager encore sept décennies cote à cote et de ne plus se supporter. Heureusement, Sylvie vient d’avoir l’idée du siècle : préserver la flamme en se lançant dans le projet « Surprends-moi », avec un cocktail de surprises au programme.

Cela faisait deux ans que Sophie Kinsella n’avait pas sorti de romans. Et quand on apprécie cette auteure comme moi, deux ans, c’est long ! A la lecture du résumé, l’écrivaine anglaise m’a tout de suite charmée ! La première partie du livre est tout simplement tordante ! Cadeaux inattendus, dîners originaux, séances photos pour le moins sexy, nouvel animal de compagnie… Sylvie et Dan, les personnages principaux, ne font pas dans la dentelle pour s’aimer à nouveau comme premier jour. Mais petit à petit, les fous rires laissent la place à des secrets beaucoup plus lourds à garder, et les sentiments sont totalement remis en question. Bien que le drame l’emporte dans la seconde partie, « Surprends-moi » reste une comédie sympathique, dans la lignée des précédents livres de Sophie Kinsella. Aussi, si vous avez déjà lu certains de ses livres, vous ne pourrez qu’apprécier votre lecture !

Ce rêve bleu

Ce rêve bleu

A Agrabah, tout ne se pas comme prévu. Alors qu’il s’engouffre dans la caverne à la recherche de la lampe du Génie, Aladdin se fait avoir par Jafar qui la lui vole au dernier moment. Le vizir s’empresse de faire ses deux premiers vœux, notamment en demandant à devenir le plus grand sorcier du monde. Le peuple, soulagé dans un premier temps, se rend finalement compte que Jafar est tout sauf un bon sultan. Pour le stopper, Aladdin et la princesse Jasmine décident de s’unir et d’organiser une rébellion.

« Ce rêve bleu » est ce que l’on appelle dans le jargon un « Twisted Tale », c’est-à-dire une réinterprétation du conte. Disney a déjà publié une petite collection autour de ces histoires emblématiques, et a également axé certains de ses ouvrages sur les méchants, comme la sorcière Ursula dans « La Petite Sirène » ou Maléfique dans « La Belle au Bois Dormant ». En écrivant « Ce rêve bleu », Liz Braswell propose une version très sombre d’Aladdin, où Jafar règne en maître sur la ville. Le génie est un être blasé, les vauriens figurent au premier plan et une guerre civile est sur le point d’éclater. Bref, pas grand-chose à voir avec le Aladdin que nous connaissions et sa balade romantique en tapis magique. Il n’empêche que cette nouvelle mise en scène devrait plaire à tous les fans de Disney et à ceux qui apprécient les romans d’aventure. Pour ma part, je dois dire que j’ai aimé la réécriture, mais la version originale reste toute de même ma favorite.