P.-S. : Joyeux Noël

P.-S. : Joyeux Noël

Sept auteures pour six nouvelles autour de Noël, voilà à quoi l’on pourrait résumer le livre « P.-S. : Joyeux Noël », disponible aux éditions J’ai Lu. Le lecteur y découvre six histoires, dont voici un pitch rapide :

  • « Sapins blancs et mouton noir », de Fanny Gayral : Clara vient de remporter un séjour au ski grâce à un concours, et décide d’en profiter cette fois, quitte à faire faux bond à sa famille pour le réveillon. Et il semblerait bien qu’Arthur, le moniteur, lui ai tapé dans l’œil.
  • « Le Cercle des Pères Noël disparus », de Georgia Caldera : Armance déteste Noël et sa rupture avec Maxence n’a en rien arrangé les choses. Pour s’occuper, elle rejoint un groupe Facebook baptisé « Le Cercle des Pères Noël disparus », qui lutte contre le capitalisme. Parmi les membres, elle se fait une nouvelle amie.
  • « Du pain d’épice et des photos de famille », de Fanny André : Pour les fêtes, Romane retrouve sa famille dans la maison qui l’a vue grandir. Il y a sa mère, son père, ses deux frères Ruben et Rafaël, et le chien, Tolkien. Ensemble, ils se mettent au défi de réaliser plusieurs photos marquantes de leur passé, en les reproduisant avec les mêmes postures qu’à l’époque. [Ma préférée du recueil]
  • « Qui veut remplacer le Père Noël ? », d’Angéline Michel : Destination la Finlande pour Noélie et son petit-ami. Là-bas, Noël est sacré, et pour cause : le père de famille n’est autre que le Papa Noël !
  • « Le réveil des Emotifs Anonymes », de Mary Matthews et Amélie C. Astier : Depuis peu, Callie fait partie d’un groupe d’entraide, « Les Emotifs Anonymes ». Parmi les membres, on trouve aussi bien des timides, des bipolaires, des déprimés, des angoissés que des colériques. Et dans le lot, il y a Stark, qui fait battre le cœur de notre héroïne.
  • «  De l’autre côté du miroir : mission, talons, flocons », de Cécile Chomin : Mélissa et Elina sont jumelles. Pour les fêtes de fin d’année, elles se réunissent en famille et découvrent une lettre que leur a laissée leur grand-mère décédée. Cette dernière les met au défi d’échanger leurs rôles pour renouer les liens.

Le recueil compte donc aussi bien des romances que des comédies, le tout saupoudré de thé aux épices, de biscuits savoureux et de décors hivernaux. Certains ne jurent que par Noël, d’autres ont en horreur cette fête pour bien des raisons. Dans tous les cas, la famille y joue un rôle prépondérant. Je ne suis pas une grande fan des nouvelles en général, mais je dois dire que j’ai particulièrement aimé ce livre. J’essaie depuis peu de lire au moins 2-3 livres autour de Noël quand les fêtes de fin d’année approchent. C’est un peu la lecture doudou, l’envie de se plonger dans une jolie romance enneigée pour rêver un peu et penser à autre chose. En tout cas, avec « P.-S. : Joyeux Noël », la mission est accomplie !

Étoiles et cætera

Étoiles et cætera

Étoiles et cætera, c’est un recueil de 17 nouvelles qui porte sur plusieurs thèmes que sont l’enfance, l’amour, le deuil, la réussite, la vieillesse et tout simplement la vie. Si elles sont dans l’ensemble assez brèves, elles restent néanmoins bien construites avec, souvent, une fin inattendue qui vous laisse sans voix. Malgré des sujets pas faciles à traiter, Lydie Masere excelle dans l’écriture. Quelques récits pourraient aisément se transformer en romans, et je ne serais pas contre l’idée de les lire s’ils décident de voir le jour.

Comme tout recueil de nouvelles qui se respectent, le lecteur en appréciera certaines plus que d’autres. Personnellement, j’ai aimé les plus… glauques dirons-nous, pour l’ambiance, le suspense et le final.

Je vous livre mon top 3 avec un résumé rapide :

  • « Lapin roux renard agile » : l’histoire d’une jeune fille battue par sa mère. Celle-ci se réfugie dans la lecture jusqu’au jour où elle trouve une photo de sa maman, découvrant que cette dernière était une actrice célèbre. Mais la vérité a un prix.
  • « Suzie » : Suzie profite des derniers instants de détente avant de mettre au monde son premier enfant. Elle a notamment fermé sa chambre d’hôtes. Avec son mari, elle a refusé de connaître le sexe de l’enfant avant le jour J. Mais en fait, elle le sait.
  • « Ecran de veille » : Un enfant vient de naître. Malgré l’accouchement et les derniers mois de grossesse très difficile, Hélène est une mère comblée. Les fêtes de fin d’années sont désormais là. Elle célèbre Noël en compagnie de son mari et d’une autre personne. Mais le dîner va être assez mouvementé…

Ça va être ta fête !

femme avec paquet cadeau

Ça va être ta fête !

A l’occasion de la journée de la femme (en l’occurrence aujourd’hui si cela vous a échappé), Cécile Delacroix a publié un recueil de nouvelles qui dépotent ! Drôles, grinçantes et surtout inattendues, ces petites histoires ont été publiées aux éditions Le Texte Vivant. Au total, l’auteur nous propose une quarantaine de nouvelles. Vie de famille, de couple ou de simple célibataire, si le sujet n’est jamais le même, les récits ont pourtant un point commun : le personne principal est une femme.

Avec beaucoup, mais alors beaucoup d’imagination, Cécile Delacroix a inventé des nouvelles qui nous laissent tout simplement babas ! J’ai été agréablement surprise, j’ai beaucoup ri et surtout je ne m’attendais presque jamais à la chute. Je signale tout de même qu’il y en a deux-trois où je n’ai malheureusement pas tout compris. Par ailleurs, il faut savoir que chaque nouvelle commence par une date et un saint. Si certaines ont un rapport direct avec l’histoire, cela n’est pas toujours le cas, et j’ai eu souvent du mal à faire le lien (s’il y en a un ?) Toujours est-il que si vous cherchez des nouvelles étonnantes, c’est sur « Ça va être ta fête ! » qu’il faut miser.

Pour vous mettre l’eau à la bouche, je vous propose de télécharger une de mes nouvelles préférées, celle du 1er janvier tout simplement, baptisée « Nouvel An ».

Les vrais héros ne portent pas de slip rouge

Les vrais héros ne portent pas de slip rouge

Les vrais héros ne portent pas de slip rouge

« Les vrais héros ne portent pas de slip rouge » est un recueil de nouvelles écrit par Axel Sénéquier. Les premières tournent beaucoup autour de l’univers du cinéma et cela n’a pas été pour me déplaire ! Entre l’agent de sécurité qui se prend pour Schwarzenegger, la jeune actrice qui a du mal à séduire le public ou encore la gestion personnelle d’une salle de cinéma, les amateurs de 7e art sont servis. Les nouvelles suivantes sont beaucoup plus éclectiques. On en trouvera une par exemple qui tourne autour d’un héritage familial et d’un tableau dont personne ne veut, mais aussi une sur un écrivain trop heureux pour trouver l’inspiration pour son prochain livre…

Cet ouvrage rassemble au total 12 nouvelles. Comme dans tout recueil qui se respecte, certaines sont plus croustillantes que d’autres, et la première, intitulée « Avant-première » est sans doute ma préférée.

Axel Sénéquier ne m’est plus inconnu, puisqu’il m’avait déjà fait parvenir son « Manuel de mise en scène », un livre portant sur l’une de mes passions : le théâtre. Je remercie donc l’auteur de m’avoir accordé une nouvelle fois sa confiance, mais aussi de m’avoir divertie le temps d’un instant. Je suis d’ailleurs persuadée qu’avec un titre aussi accrocheur (je vous le rappelle au cas où vous l’aurez déjà oublié : « Les vrais héros ne portent pas de slip rouge »), le lectorat ne pourra pas passer à côté de ces multiples récits souvent humoristiques.

Ana-Chroniques de la nuit et du jour

covuerture bleu avec une femme devant un paysage

Ana-Chroniques de la nuit et du jour

Un personnage et plusieurs nouvelles ; c’est ainsi que l’on pourrait résumer le recueil de Françoise Cohen aux éditions L’Harmattan, baptisé « Ana-Chroniques de la nuit et du jour ». Dans ces petites histoires, nous faisons la connaissance d’Ana au travers de plusieurs scènes, qui se déroulent aussi bien en France qu’à Buenos Aires.

Au total, dix nouvelles attendent le lecteur :
– Ana et la statue
– Dernières images avant la nuit
– Jour de pluie
– Ultime feuille de glycine
– Noces de soleil
– Le septième bourdon du grenadier
– De n’avoir pu te rencontrer
– 2040
– Le collier de l’île de Bora Bora
– Tempo
Alors mise à part une nouvelle que je n’ai pas du tout comprise, j’ai plutôt été conquise par ce recueil qui se lit facilement en une soirée ! Je vous avouerai même que j’aurai bien prolongé la lecture de certaines histoires si cela avait été possible. Le côté fantastique m’a beaucoup plu même s’il n’est pas présent dans toutes les nouvelles.
Maintenant que je vous ai présenté brièvement l’ouvrage, je vais m’attarder sur mes trois nouvelles préférées de Françoise Cohen. La première tout d’abord, qui s’intitule « Ana et la statue ». En revoyant une statue exposée dans un musée, Ana fait un voyage dans le passé. Cette statue, c’est elle, en 1977, à Buenos Aires. A l’époque, Ana était modèle dans un cours, mais un accident a ravagé les lieux. Tout le monde a été porté disparu et la jeune femme ne sait plus ce qui s’est réellement passé. C’est le genre de récit que j’affectionne de manière générale, donc autant vous dire qu’en ayant terminé la lecture de cette première nouvelle, je me suis dit que c’était bien parti !

En seconde position, je mettrai « Dernières images avant la nuit ». Ici, Ana est sur son lit, prête à recouvrir la vue grâce à une greffe. Mais cette dernière n’a pas été anodine. Ana a désormais des souvenirs qui ne lui appartiennent pas. Là encore, le fantastique a pointé le bout de son nez, et j’aime quand la fiction dépasse le réel !

Pour la dernière, j’opterai pour « De n’avoir pu te rencontrer ». Il s’agit grosso modo d’une rencontre qui ne s’est jamais faite. D’un homme qui, au détour d’un regard, s’éprend d’une femme qu’il ne va plus jamais croiser. C’est triste mais drôlement bien écrit.
Un grand merci à Françoise Cohen pour m’avoir fait découvrir son ouvrage. Je vous souhaite beaucoup de réussite !