Bianca

deux filles au bord d'un muret

Bianca

Bianca a voulu mourir. A 16 ans, elle a décidé de s’ouvrir les veines, mais a raté son coup. L’adolescente est alors admise en unité psychiatrique pour une durée d’un an. Une année durant laquelle elle va nous raconter son quotidien et l’intérieur de ladite unité. Entourée de médecins, d’infirmières et de quelques amis, Bianca survit mais ne semble pas aller mieux pour autant.

Pourquoi j’ai décidé de lire « Bianca » ? On pourrait me poser la question, étant donné qu’il s’agit d’un premier roman. Par curiosité ! Car, figurez-vous que Loulou Robert, l’auteure, est la fille du journaliste Denis Robert (l’homme qui a entre autres dévoilé l’affaire Clearstream), journaliste que j’ai eu l’opportunité d’avoir en tant que prof durant six mois pendant mes études. Et puisqu’on en est dans les anecdotes, j’étais également avec sa sœur, en cours, Nina. Bref ! Donc, ça, c’est dans un premier temps.

Puis, l’histoire semblait plaisante, ça aussi, ça m’a décidé à le lire ! Et j’ai beaucoup aimé ! Le personnage principal qu’est Bianca est naturel ; c’est un peu une pierre brute. Elle ne mâche pas ses mots, elle ne se laisse pas faire et elle s’avère très mûre pour son âge. A 16 ans, elle donne en effet l’impression d’avoir tout vécu, le pire surtout. L’adolescente est aussi une excellente observatrice. Elle sait parfaitement cerner les gens qui l’entourent. A travers ses descriptions, on s’imagine parfaitement à ses côtés dans cette unité psychiatrique pleine d’âmes en peine, où les ados ne sont parfois que l’ombre d’eux-mêmes. Mais c’est également une unité pleine de vie, où Bianca, malgré sa pseudo-dépression, reste solaire. Un excellent premier ouvrage, qui ne fait que souligner à quel point l’adolescence reste une période difficile.

Cliquez ici pour commander « Bianca »

Publicités

7 réflexions sur “Bianca

  1. Donc tu as trouvé que le sujet était bien traité ? Malgré le fait qu’elle soit solaire, on comprend son état à la lecture ? Je te demande parce que le thème me tente mais j’ai peur d’être déçue.

    • Oui, je trouve ! Disons qu’elle ne cherche pas à aller mieux, elle reste fidèle à elle-même et malgré son état, elle continue d’éblouir les autres sur son passage. J’ai trouvé ça assez novateur 🙂

  2. Pingback: Hope | Comme dans un livre

Laisser un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s