Portables : la face cachée des ados

Portables : la face cachée des ados

C’est un fait incontestable : les ados passent un temps fou chaque jour sur leur smartphone. Et les parents se demandent : « Mais que font-ils ? » Pour répondre à cette grande question, Céline Cabourg et Boris Manenti ont élaboré une enquête baptisée : « Portables : La face cachée des ados ». Pour la réaliser, ils ont mené leur investigation auprès d’un large panels d’adolescents et de professionnels pour mieux comprendre ce phénomène de société.

Qu’apprenons-nous grâce à ce livre ? Constamment connectée, la génération actuelle ne regarde presque plus la télévision. C’est sur son portable qu’elle visionne YouTube ou les programmes Netflix. Le smartphone, et plus particulièrement les réseaux sociaux sont un peu devenus les nouveaux journaux intimes. S’il n’y a encore pas si longtemps, chacun avait son Skyblog, aujourd’hui, tous ne jurent que par Snapchat. Pour y faire quoi ? Des selfies, draguer, utiliser des filtres et bien sûr envoyer des photos éphémères. Ephémères, vraiment ? Non, gare à ce que l’on envoie et surtout à qui, car si les photos ont eu une durée de vie très courte, les captures d’écran existent toujours.

Certains adolescents sont sur Twitter, mais pas la majorité. Ils y voient une sorte de BFM avec juste ce qu’il faut d’infos. Ils sont sur Facebook aussi, mais là encore, s’en servent très peu. Messenger reste plébiscité, tout comme Instagram. Nombreux sont même ceux qui se créent deux comptes : un compte public avec des photos de voyage, du quotidien, etc. ; un autre avec des photos plus personnelles, avec un accès restreint. Cela s’appelle le « finstagram ». Quant à l’e-mail, ils en ont presque tous un, mais pas pour les raisons que nous croyons. Jugé vieux et lent, ce dernier ne sert qu’à pouvoir créer des comptes sur les réseaux sociaux et faire son shopping en ligne.

Qu’apprenons-nous d’autres ? Que souvent, les ados ont d’abord récupéré les vieux téléphones des parents, à l’instar du Nokia 3310, avant de recevoir le smartphone dernier cri. C’est à Free que l’on doit l’explosion de l’usage du portable chez les ados, grâce à l’abonnement à 2€. Par ailleurs, beaucoup sont atteints de ce que l’on appelle le syndrome « FOMO » (traduisez par Fear of Missing Out ») d’où le fait d’avoir les yeux rivés en permanence dessus, même parfois toute la nuit. On s’en sert pour ne pas s’ennuyer, pour tricher en cours, pour s’appeler le matin et savoir comment on va s’habiller. On donne l’excuse du réveil programmé pour ne pas l’éteindre la nuit et tant pis si le sommeil en est affecté, pour mesurer sa popularité, pour jouer ou encore pour visionner des contenus pornographiques. Quelques ados ne possèdent pas de smartphone ou sont absents volontairement des réseaux sociaux pour ne pas faire comme tout le monde justement. Quant aux parents, ils sont plus nombreux qu’on ne le pense à s’en servir comme d’un mouchard.

Comme vous l’aurez sans doute constaté au vu de ma chronique, l’enquête fut forte intéressante et m’a rappelé mon mémoire de recherche. Il peut ainsi inviter parents et professeurs à échanger avec les ados sur le sujet. C’est instructif, assez exhaustif bien que flippant sur certains points. Les auteurs pourraient publier une suite aisément avec l’utilisation désormais d’un autre réseau social populaire au collège et au lycée : Tik Tok.

Une réflexion sur “Portables : la face cachée des ados

  1. Pingback: Portables : la face cachée des ados - Les Blogueuses

Laisser un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.