La maison

La maison

« La maison » d’Emma Becker fut l’un des livres chocs de la dernière rentrée littéraire. Pourquoi ? Parce que l’auteure, pour l’écrire, s’est prostituée durant deux ans à Berlin, dans deux maisons closes. Si le premier endroit était plutôt sordide, le second était nettement plus bienveillant envers les femmes qui y travaillaient.

C’est en arrivant dans la capitale allemande en 2013, en passant devant un bordel et en se rendant compte que c’est tout à fait légal, que l’écrivaine a une illumination. Curieuse dès le départ, Emma Becker franchit le pas. Une démarche littéraire qui peut laisser bouchée bée mais qui, pour la jeune femme, était une manière de joindre l’utile à l’agréable : l’envie de découvrir l’envers du décor, tout en étant payée pour. Et elle assume.

Ainsi, on suit l’auteure dans son travail de tous les jours. On y découvre les femmes qui font partie de la maison, les diverses chambres, la Hausdame qui gère l’établissement, les clients, ce qu’il s’y passe…et la relation qu’elle a avec ses derniers. Il y a parfois des épisodes de violence ou d’humiliation. Certes, le « rythme de travail » est sans doute plus soutenu qu’ailleurs, mais Emma Becker avoue qu’il lui est arrivé de prendre du plaisir. Alors oui, on ne va pas se mentir, il y a beaucoup de sexe, mais en même temps, quoi de plus normal dans une maison remplie de prostituées ?!

Afin de mieux comprendre ce qui lui est passé par la tête, j’ai, après ma lecture, écouté plusieurs interviews où elle fait part de notre méconnaissance extrême du métier. Car, dans cet ouvrage, Emma Becker parle des femmes qui exercent cette profession parce qu’elles l’ont voulu, et non par contrainte.  Elle dresse ainsi une galerie de portraits et montre comment cela se passe réellement ailleurs. Objectif ? Repenser entre autres le débat sur la prostitution et sur sa légalisation.

Concernant ma propre lecture, j’ai trouvé le récit choquant, parfois étonnant, mais bizarrement intéressant à lire. Je comprends toutes les critiques que l’ouvrage a pu soulever, les bonnes comme les mauvaises, mais je pense qu’il mérite d’être lu, ne serait-ce que pour essayer de comprendre ce qui nous échappe et ce, même si on est totalement en désaccord.

Une réflexion sur “La maison

  1. Pingback: La maison

Laisser un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.