J’aime tout ce qui me rappelle que je ne suis pas seule à souffrir sur cette terre

J’aime tout ce qui me rappelle que je ne suis pas seule à souffrir sur cette terre

Loveday préfère la compagnie des livres à celle des hommes. Avec son collègue Archie, elle tient une librairie qui fait son bonheur au quotidien. Mais un jour, elle découvre trois mystérieuses livraisons sur le porche. Des livres qui lui rappellent des souvenirs, son enfance plus précisément, mais une enfance douloureuse, qu’elle préférerait oublier. La jeune femme cherche alors à savoir qui a déposé ce paquet. S’agit-il de son boss ? De Rob ? Cet homme qui ne cesse de vouloir l’inviter à dîner ? Ou de Nathan, ce charmant poète qu’elle vient tout juste de rencontrer ?

Derrière « J’aime tout ce qui me rappelle que je ne suis pas seule à souffrir sur cette terre », on retrouve Stéphanie Butland, une auteure qui n’en est pas à son premier ouvrage, puisqu’elle s’est fait connaître dès 2011. Cette nouvelle fiction, qui s’inscrit dans la lignée des feel good books,  raconte l’histoire d’une libraire traumatisée par son enfance et dont certains livres vont raviver de douloureux souvenirs. Avec ses personnages attachants, sa petite librairie d’occasion et ses jolis poèmes, la fiction est à la fois drôle et émouvante. Idéale quand on a envie de se changer les idées. Et ne vous fiez pas au titre, il ne plombera en rien l’ambiance, bien au contraire !

Laisser un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.