Vieux, râleur et suicidaire – la vie selon Ove

Vieux, râleur et suicidaire – La vie selon Ove

Ove a la cinquantaine et vit depuis quarante ans dans le même quartier. Chaque matin, c’est le même rituel, il erre dans sa maison, vérifie moult fois le chauffage, puis va faire sa ronde dans la rue, relever les voitures qui sont garées là depuis plus de 24h pour pouvoir les signaler ensuite. Ove en a marre, encore plus depuis que sa femme est partie et qu’il n’a plus de travail. Désormais, il n’a plus qu’un seul but dans la vie : réussir son suicide. Mais c’est sans compter l’arrivée des nouveaux voisins et d’un chat vagabond qui vont se prendre de sympathie pour le vieillard.

Ove est ce que l’on peut appeler un vieux râleur, le cliché de base, le type qu’on adore détester. Celui qui met des bâtons dans les roues des autres dès qu’il en a l’occasion. Un peu comme Raymond et Huguette dans « Scènes de ménages » voyez-vous ? Un bonhomme attendrissant mais qui n’en loupe pas une pour se faire pointer du doigt. Eh ben ce bonhomme-ci, on s’y attache. Fredrik Backman m’a fait rire dès les premiers chapitres de « Vieux, râleur et suicidaire – La vie selon Ove ». On y découvre un type grincheux qui essaie en vain de s’acheter un ordinateur, quitte à dégoûter le vendeur de sa profession, puis on pénètre dans son quotidien. On apprend à connaître un homme qui vit mal sa solitude, qui semble attendre la mort pour se sentir libre. Et pour atteindre rapidement ce sentiment de liberté, Ove a décidé de se pendre. Mais les diverses interventions des voisins et des animaux errants vont chambouler ses multiples plans, à tel point que le quinquagénaire va réapprendre à vivre.

Pour un premier roman, on peut dire que c’est une totale réussite ! Fredrik Backman dépeint avec humour les journées infernales d’un vieux râleur. Le lecteur s’amuse, s’attendrit à travers cette comédie venue tout droit de Suède. Les premiers chapitres sont tordants. Le calme revient petit à petit dans les paragraphes suivants, mais l’on peut dire que l’écrivain a une bonne plume (preuve en est avec la citation que vous trouverez ci-dessous et qui est empreinte de réalisme). Un ouvrage qui serait parfait pour le cinéma, à condition de dégoter le bon grincheux pour le rôle principal.

« La mort est une chose étonnante. Les gens passent leur vie entière à faire comme si elle n’existait pas, et pourtant elle est la plupart du temps notre principale raison de vivre. Certains d’entre nous prennent conscience de la fragilité humaine assez tôt pour vivre ensuite plus intensément, plus obstinément, plus furieusement. Quelques-uns ont besoin de sa présence constante pour se sentir vivants. D’autres sont tellement obsédés par la mort qu’ils s’assoient dans la salle d’attente bien avant qu’elle n’ait annoncé son arrivée. Nous la redoutons, et pourtant la plupart d’entre nous ont peur qu’elle emporte quelqu’un d’autre plus qu’elle ne nous importe nous-mêmes. Car la plus grande crainte face à la mort est qu’elle passe à côté de nous. Et nous laisse esseulés. »
Publicités

5 réflexions sur “Vieux, râleur et suicidaire – la vie selon Ove

  1. Le titre me fait beaucoup rire! Je l’emprunterai peut-être s’il est dispo à la biblio. Aux mêmes éditions, j’avais beaucoup aimé Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire.

Laisser un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s