Son carnet rouge

porte ouverte donnant sur une chambre

Son carnet rouge

L’infidélité, tel est le thème abordé par Tatiana de Rosnay dans son dernier ouvrage intitulé « Son carnet rouge ». Au programme, des nouvelles sur l’adultère sous toutes ses formes : la femme qui trompe le mari depuis des années et qui s’avère trompée aussi, la découverte du pot aux roses grâce aux dernières technologies (le répondeur, les SMS ou encore le baby phone), le mari qui rencontre des prostituées, sans oublier celui qui se rend à l’hôtel pour voir sa maîtresse, bref nous avons là différents cas de figure. Quelques situations s’avèrent cocasses, d’autres le plus souvent sont tout simplement tragiques. Les profils des amants sont multiples, la fin des nouvelles parfois surprenantes.

Les questions qui se posent sont les suivantes : « Est-il savoureux / défendu d’avoir une relation hors mariage ? », « Peut-on tout pardonner ? » Le ton de Tatiana de Rosnay au fil de « Son carnet rouge » est léger, malgré le sujet abordé. On peut facilement s’amuser d’une nouvelle quand la suivante va au contraire appeler à la compassion.

Avec cet ouvrage, Tatiana de Rosnay change de registre, mais aussi de genre, elle qui a l’habitude d’écrire des romans. La nouvelle lui réussit particulièrement bien et l’on aurait sans problème lu encore quelques petites histoires sur cette thématique (ou sur une autre). L’infidélité, un thème actuel, un comportement répandu qui aurait déjà touché selon certains sondages un homme sur deux et une femme sur trois. De quoi donner de la matière aux écrivains d’aujourd’hui.

L’appartement témoin

piano avec une partition

L’appartement témoin

C’est l’histoire d’un quinquagénaire à la recherche d’appartement. Il finit par tomber sur la perle rare : un logement flambant neuf, situé sur la rive gauche, à Paris. Le narrateur se met à son aise et accueille sa fille Camille, âgée d’une vingtaine d’années, chaque week-end. Si les journées s’avèrent plaisantes dans cet appartement, les nuits sont bien différentes. Le sommeil de l’homme est très perturbé : ce dernier est en effet victime d’hallucinations à plusieurs reprises : il voit notamment une femme, jouant un air de Mozart au piano. Le quinquagénaire cherche à connaître la vérité sur ses visions nocturnes : s’agit-il d’un simple cauchemar ? D’un fantôme ? Cette femme a-t-elle réellement existé ? De Paris à New York, en passant par Venise, le locataire n’hésite pas à partir aux quatre coins du monde  pour connaître le fin fond de l’histoire.

« L’appartement témoin » est le premier roman de Tatiana de Rosnay, et le seul d’elle que je n’avais pas encore lu. Si la plupart de ses ouvrages m’ont beaucoup plu, d’autres en revanche m’ont laissée perplexe. Ce fut le cas notamment de « Rose » (je n’ai pas dépassé les 70 pages) et « A l’encre russe » (que j’ai lu en entier mais sans grande conviction). Avec « l’appartement témoin », nous pouvons dire que nous revenons à la source. Ce roman m’a d’ailleurs fait penser au « Cœur d’une autre » car il s’inscrit dans la même démarche : on fait le tour du globe pour connaître la vérité et on suit « l’enquête » d’un seul et même personnage.

Ce premier ouvrage de Tatiana de Rosnay se lit rapidement. Dès le départ, nous sommes plongés dans l’histoire du quinquagénaire qui se retrouve face à des fantômes. Mais le côté fantastique est très vite délaissé malheureusement, au profit d’une aventure qui va dépasser les frontières. Les hallucinations cèdent la place à un voyage qui bouleverse le quotidien de notre locataire. J’aurais apprécié que le « cauchemar » dure un peu plus longtemps, qu’on se demande s’il est bien victime de visions ou si tout cela est bien réel. J’avoue que je suis un peu restée sur ma faim aussi, je m’attendais là encore à autre chose, car l’histoire se termine de manière assez surprenante. Mais sachez qu’elle a tout de même son charme et qu’elle vous fera oublier l’espace d’un instant vos soucis et vos chagrins.