Repose-toi sur moi

Repose-toi sur moi

« Repose-toi sur moi », c’est l’histoire de deux voisins d’un immeuble parisien qui vont tomber amoureux l’un de l’autre. D’un coté, il y a Ludovic, un ancien agriculteur qui s’est reconverti dans le recouvrement de dettes. Son bureau change tous les jours, au fur et à mesure des personnes à qui il doit rendre visite. De l’autre côté, il y a Aurore, une styliste, mariée et mère de famille, qui rencontre pas mal de problèmes à son travail. Autour d’eux, se trouvent des corbeaux, par dizaine ; c’est d’ailleurs un peu grâce à eux que ces deux-là vont se rencontrer.

Le roman « Repose-toi sur moi » de Serge Joncour a remporté le Prix Interallié 2016. Je profite de cette chronique pour remercier les éditions J’ai Lu qui m’ont gentiment offert cet ouvrage. C’est donc (déjà) le troisième livre que je lis de Serge Joncour. Ayant beaucoup apprécié « L’écrivain national »,  je me suis lancée dans cette nouvelle lecture ; il faut dire que la 4e de couverture, et plus particulièrement cette histoire de corbeaux a attiré ma curiosité !
J’ai trouvé le personnage de Ludovic fort intéressant. Dès les premiers chapitres, nous découvrons cet agent du recouvrement qui aime faire dans le social, et qui tient à tout prix à résoudre les problèmes de dettes de chacun.  L’histoire des corbeaux quant à elle, m’a forcément fait penser aux oiseaux d’Hitchcock, et il s’agit sûrement d’un clin d’œil de l’auteur au cinéaste. Ces oiseaux ajoutent en effet un brin de morosité et rendent l’ambiance plus pesante. Enfin, j’avoue que je n’aurai jamais imaginé ces deux voisins que tout oppose tomber follement amoureux, d’autant plus qu’Aurore, la styliste, est une femme casée (vous me direz, ça n’empêche pas certains de se lancer).  En bref, c’est un roman contemporain agréable à lire, malgré parfois quelques lenteurs.

Publicités

L’écrivain national

regard de femme

L’écrivain national

Serge est un écrivain qui a plusieurs livres à son actif, mais qui ne figure pas dans le top des ventes.  Alors qu’il arrive en résidence d’écriture dans une ville du centre de la France, l’auteur se prend de passion pour un fait divers local. Fasciné par l’une des protagonistes, Serge se rapproche de ceux que tout le monde soupçonne et va enquêter à sa façon.

Après la lecture de « L’amour sans le faire » qui ne s’était pas avérée très concluante, j’ai décidé de donner une seconde chance à Serge Joncour en m’attaquant à « L’écrivain national ». Le pitch semblait plutôt plaisant : un petit écrivain qui débarque en Province et qui s’intéresse d’un peu trop près à un fait divers.  Le roman ne comporte pas beaucoup d’action si vous voulez mon avis, mais il reste intéressant à lire ! L’écrivain est accueilli comme une star dans le village, aussi bien par le Maire que par les libraires et l’événement en question permet de mettre au second plan des questions bien plus importantes pour les habitants. En fouinant un peu trop dans les affaires locales, Serge (le personnage) ne semble plus aussi sympathique qu’il en avait l’air, et l’on aimerait bien finalement que cet écrivain de seconde zone mette les voiles un peu plus vite que prévu. « L’écrivain national » n’est ni un polar, ni un roman noir, mais une histoire contemporaine assez divertissante qui plaira forcément aux amateurs de faits divers, ainsi qu’aux curieux observateurs.

Cliquez ici pour commander « L’écrivain national »