Au petit bonheur la chance

Au petit bonheur la chance

1968. Jean a alors 6 ans, lorsqu’il se voit confier à Lucette sa grand-mère. Sa mère a en effet claqué la porte de la maison, notamment pour tenter sa chance à Paris. Alors en attendant qu’elle puisse trouver un job et un foyer digne de ce nom, Jean s’envole pour la Normandie, le temps d’un été. Mais ce qui devait être au début qu’une situation temporaire se transforme vite en quelque chose de durable. Jean, véritable moulin à paroles, adopte petit à petit sa mamie au cœur d’or.

« Au petit bonheur la chance » est sans doute le roman le plus abouti d’Aurélie Valognes. L’une des reines du feel good book nous embarque cette fois-ci sur les Terres normandes pour nous immiscer dans la petite famille que forment Jean et Mémé Lucette.  Entre la passion pour le tricot, les visites au cimetière et les après-midis avec les cousins, le petit garçon se crée une nouvelle vie, bien plus plaisante qu’il n’aurait pu l’imaginer. A travers cette histoire, l’auteure nous démontre encore une fois que ce sont les bonheurs simples qui font le sel de la vie. Et pour nous amuser encore davantage, Aurélie Valognes a trouvé des intitulés très chouettes pour chacun des chapitres, toujours en lien avec des expressions loufoques : « Courir sur le haricot », « Frais comme un gardon », « Beurré comme un P’tit Lu » et j’en passe ! Un vrai régal pour les yeux !

Cliquez ici pour commander « Au petit bonheur la chance ! »

Publicités

En voiture, Simone !

En voiture, Simone !

Comédie familiale dont l’action se situe en Bretagne, « En voiture, Simone ! » raconte les péripéties de toute une petite famille. Il y a Jacques, le père égocentrique ; Martine, la mère qui fait sa crise de la quarantaine ; Mathieu, Nicolas et Alexandre, leurs fils ; Antoinette, la grand-mère et bien entendu les trois belles-filles : Stéphanie, la mère poule ; Laura, la végétarienne et Jeanne, la féministe, nouvellement arrivée dans la famille. C’est d’ailleurs cette dernière qui va un peu bousculer l’équilibre de la tribu, qui n’était d’ailleurs pas très stable soit dit en passant.

C’est la seconde comédie d’Aurélie Valognes que je lis, après « Mémé dans les orties », et c’est toujours aussi rafraîchissant ! Cette petite famille haute en couleurs m’a beaucoup fait penser au film « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ». Qui plus est, l’action se déroulait en Bretagne, à Cancale et dans les environs, ce qui donnait vraiment à ma lecture un côté estival. J’imagine très bien le roman d’Aurélie Valognes en film, avec ses disputes, ses blagues et sa tendresse. Je pense que si vous cherchez un livre court, léger et amusant, vous devez arrêter votre choix sur ce dernier !

Mémé dans les orties

couverture de livre à carreaux

Mémé dans les orties

Ferdinand Brun est un octogénaire pour le moins atypique. Depuis que sa femme est décédée et que sa chienne a disparu, le vieillard vit seul. Et pour ne pas s’ennuyer, ce dernier n’hésite pas à mettre des bâtons dans les roues à tout le voisinage. Il faut dire que Ferdinand n’apprécie guère la concierge, Mme Suarez, avec laquelle il est sarcastique. Et puis le jour où Juliette, une fillette de 10 ans, et Béatrice, une grand-mère frappent à sa porte, c’est tout son univers qui bascule.

Cet ouvrage d’Aurélie Valognes, je l’ai vu circuler ces derniers temps maintes et maintes fois sur les blogs, avec toujours une bonne critique. J’ai réussi à enfin mettre la main sur « Mémé dans les orties », avec sa belle couverture kitsch à carreaux et son titre pour le moins évocateur. Je peux d’ores et déjà vous dire que ça se lit vite. En moins de trois soirs, j’ai englouti ce roman drôle et caustique. J’avoue… J’aime les histoires avec les p’tits vieux qui aiment faire du grabuge autour d’eux ; le personnage de Ferdinand Brun ne m’a donc pas laissée indifférente. Et puis les personnes qui l’entourent sont également attachantes, comme cette petite fille, Juliette, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui s’invite du jour au lendemain dans la salle à manger de son voisin. Ou Béatrice, une mamie Geekette, qui se prend d’affection pour Ferdinand. Un très beau roman qui vous donne l’impression de faire partie intégrante du voisinage !