Les cochons dingues

cochons d'inde

Les cochons dingues

Dans la famille d’Enzo et Sarah, on adore les cochons d’inde. A tel point que la cage prend de plus en plus d’ampleur dans l’habitation. Il faut dire qu’ils sont déjà au nombre de cinq et c’est sans compter César, le petit nouveau. Ce dernier est d’ailleurs assez mécontent de son sort, et ne pense qu’à une chose : s’évader ! Mais après avoir pris connaissance des lieux, reçu de bonnes choses à manger et une sacrée dose de câlins, César pourrait bien finalement s’y faire à cette nouvelle vie…

C’est dans un salon du livre que j’ai pris connaissance des « Cochons dingues », car elle est illustrée par Miss Prickly, et cette dernière a dessiné les premiers tomes de la série « Mortelle Adèle », dont je suis fan. Et l’autre jour, je l’ai eue entre les mains. Ma foi, qu’est-ce qu’elle est mignonne ! C’est clairement pour la jeunesse, certes, mais de temps en temps ça fait du bien d’avoir son quota de mignonnerie. L’histoire est drôle, attendrissante et l’on apprend aussi de nombreuses choses sur les cochons d’inde. Laurent Dufreney, le scénariste, donne à la fin de la bande dessinée quelques conseils à ceux qui aimeraient en adopter : cage, hygiène nourriture, tout est passé au peigne fin en quelques illustrations. Il n’est pas impossible qu’à la fin de la lecture vous ayez vous envie d’avoir un rongeur à la maison !

Publicités

Mortelle Adèle

une petite rousse en train de donner un coup de pied

Mortelle Adèle

« Mortelle Adèle » est une bande dessinée que j’ai eu le plaisir de découvrir récemment et qui m’a beaucoup fait rire. Ecrite et illustrée par Mr Tan et Miss Prickly, « Mortelle Adèle » dépeint le quotidien d’une petite fille, Adèle donc, qui est en fait une véritable peste. Avec ses tresses, sa chevelure rousse et son regard plus que méchant, Adèle mène la vie dure aussi bien à ses parents, son chat, qu’à ses camarades de classe. Avec un sacré sens de la répartie et des idées plein la tête, la petite garce trouve toujours le dernier mot, et arrive (presque) toujours aussi à ses fins.

Je n’ai eu pour l’instant que l’occasion de lire le tome 2, intitulé « L’enfer, c’est les autres » (ça donne le ton) mais je me régale à l’avance de lire les trois autres qui constituent la série, à savoir : « Tout ça finira mal », « C’est pas ma faute », et « J’aime pas l’amour ».

« Mortelle Adèle » est une bande dessinée qui s’adresse aux enfants à partir de 8 ans je dirai, mais également aux adolescents et aux adultes. De nombreux sketches feront sourire les plus grands et leur rappelleront sans aucun doute leur enfance. Pour terminer cette petite chronique, voici un extrait :

une petite fille en train de faire ses devoirs

Mortelle Adèle