40 jours de nuit

40 jours de nuit

Nous sommes en janvier 1937. Jack Miller décroche un poste de télégraphe pour une expédition hautement importante, dans l’Arctique, à Gruhuken plus précisément. Avec lui, quatre autres hommes et huit huskies prennent la mer jusqu’en Norvège. Sur place, l’équipe met en place son campement, à l’endroit même où l’on vit à la lueur du soleil de minuit. L’été est court et la nuit reprend vite ses droits sur la banquise. Au fur et à mesure de leur expédition, un étrange malaise se fait ressentir au sein du groupe. Un à un, les membres tombent malades et sont forcés de quitter la baie. Jack décide quant à lui de rester pour ne pas faire échouer l’étude. Seul avec les chiens, l’homme se rend vite compte que quelque chose rôde dans le noir…

Voilà un roman, là encore idéal pour l’hiver. Banquise, glace, ours, tempête, tous les éléments sont rassemblés pour nous embarquer dans le froid nordique. Si l’histoire peine un peu à démarrer, le récit devient réellement haletant lorsque Jack se retrouve livré à lui-même. Folie et raison s’entremêlent. Que se passe-t-il lorsque l’obscurité envahit Gruhuken ? L’île est-elle réellement hantée ? Et quelles sont ces légendes dont on ne veut pas parler ? Le suspense est omniprésent et l’aventure est au rendez-vous.