Jeannot

Jeannot

Jeannot est devenu un homme solitaire. A la retraite, séparé de sa femme, il continue à s’occuper du jardin et des plantes, sa passion. Au parc, il ne peut s’empêcher de donner des conseils aux nouveaux employés communaux, comme s’il faisait encore partie des troupes. Ce qui est fou, c’est que Jeannot entend ce que disent les arbres. Un véritable don qui a pourtant l’air de l’agacer au plus haut point.

« Jeannot » fait partie de ce que l’on pourrait appeler une série, celle des « Contes des cœurs perdus », même si chaque histoire est indépendante. Avec Carole Maurel, Loïc Clément a imaginé la vie de Jeannot, un vieux bonhomme jardinier, triste, qui parle aux plantes. Cet ouvrage, pour le moins poétique, serait accessible dès l’âge de 9 ans, le texte n’étant pas trop dense et le sujet du deuil étant abordé. Néanmoins, je ne suis pas certaine qu’un enfant se dirigerait de son propre chef vers cette bande dessinée. Les illustrations bien que très jolies, sont plutôt travaillées et le personnage principal est un monsieur âgé. Après, si celui-ci parvient à sortir des sentiers battus, aucun problème, personnellement, je ne peux que conseiller cette BD, à la fois drôle et émouvante.

Chaussette

vieille dame

Chaussette

« Chaussette », c’est ainsi que Merlin, un petit garçon, surnomme sa voisine, car il n’arrive pas à prononcer le prénom Josette. Chaussette est une mamie inséparable de son chien Dagobert. Chaque jour, Merlin les observe de son jardin, puis du coin de la rue. Le trajet est le même chaque jour. Mais un matin, Merlin se rend compte que quelque chose ne tourne pas rond. Chaussette est seule en ville et se comporte d’une manière bien étrange. Dans chaque magasin où elle se rend, elle vole quelque chose…

« Chaussette » est une jolie bande dessinée jeunesse aux couleurs pastel. Signée Loïc Clément et Anne Montel, elle raconte l’histoire d’une vieille dame qui perd son plus fidèle compagnon. Son voisin, Merlin, la suit dans son étape de deuil et va devenir son nouvel ami. La BD est toute mignonne, les dessins sont très détaillés et très agréables à regarder. Et puis le personnage de Chaussette est tout bonnement attachant. Il n’y a pas beaucoup de texte ; l’accent est davantage mis sur l’illustration. Je la conseille vivement aux plus jeunes (et aux plus grands qui voudront s’attendrir un peu !)

Le voleur de souhaits

Le voleur de souhaits

Félix est un garçon peu ordinaire. Alors que les enfants de son âge collectionnent les timbres, les pièces de monnaie ou les badges, lui collectionne les souhaits ! Lorsque quelqu’un éternue, au lieu de lui dire « A vos souhaits », le petit garçon répond « A mes souhaits ». C’est ainsi qu’il s’approprie les vœux de chacun, qu’il les capture et les met dans des bocaux. Mais un jour, Félix tombe sur une fille bien mystérieuse qui n’émet aucun souhait…

Après avoir lu « Les jours sucrés » de Loïc Clément, voilà que je découvre « Le voleur de souhaits », bande dessinée sur laquelle il a collaboré avec Bertrand Gatignol. Le récit m’a beaucoup fait penser au film « Le bon gros géant » de Steven Spielberg, puisqu’il y est question de capturer des rêves, mais en beaucoup mieux ! Oui, en effet, je n’ai pas du tout accroché à ce film, alors que cette bande dessinée, alala… Elle est magique, pleine de poésie et fait réfléchir. Même si l’histoire est courte, on se prend rapidement d’affection pour les personnages. J’ai trouvé le scénario « mignon », les dessins « jolis » et je regretterai presque que ce soit un one-shot !