Les petites reines

Les petites reines

Derrière « Les petites reines » se cachent Mireille Laplanche, Hakima et Astrid, trois adolescentes qui n’ont pas été gâtées par la nature. La preuve, certains camarades de classe ont organisé le concours des « Boudins de l’année ». Pour une fois, Mireille ne figure pas à la première place mais qu’importe ! Les trois élues deviennent amies et découvrent qu’elles ont chacune une bonne raison de se rendre prochainement à Paris pour la garden-party de l’Elysée. Mais lorsqu’on habite Bourg-en-Bresse, qu’on est au lycée et sans le sou, le meilleur moyen reste… Le vélo ! Durant leur périple, elles seront accompagnées par Kader, le frère d’Hakima, vétéran de guerre. Et pour rendre la monnaie de leur pièce à ceux qui les ont pointées du doigt, les trois boudins ont eu une idée : vendre du boudin tout au long de la route !

Après « Songe à la douceur », me voilà plongée dans le roman qui a révélé Clémentine Beauvais. A la lecture des premières, j’étais assez dubitative sur le ton et l’intrigue mais une fois dedans, je me suis beaucoup amusée ! Les trois adolescentes qui sont dépeintes s’avèrent fortes et courageuses, au point de tourner en dérision ce pourquoi elles sont montrées du doigt. Leur voyage vers la capitale leur fera rencontrer de nombreuses personnes qui les feront grandir et réfléchir.

Si l’histoire est plutôt improbable (non, même totalement), elle ne gâche en rien cette lecture hautement humoristique. Elle pourra par ailleurs être une belle leçon pour les adolescents qui la liront et qui sont victimes d’harcèlement scolaire en tous genres. Merci aux éditions J’ai Lu de m’avoir fait découvrir une pépite dans le domaine des romans ado.

Songe à la douceur

Songe à la douceur

Tatiana a 14 ans, Eugène, 17 ans. C’est l’été et les deux adolescents se rencontrent au détour d’une amitié commune. Il est sûr de lui et charmant. Elle est timide et romantique. Pour n’avoir aucun regret, Tatiana décide de lui écrire une lettre pour lui déclarer sa flamme, mais cela n’aura aucun impact. Et puis un drame les sépare. Dix ans plus tard, Tatiana et Eugène se retrouvent par hasard dans les transports en commun.

« Songe à la douceur » est un roman d’amour pas comme les autres.  C’est un roman qui contient plusieurs histoires d’amour. C’est un roman inspiré de deux personnages de Pouchkine et Tchaïkovski. Enfin c’est un roman d’amour écrit en vers. Oui, vous avez bien lu, en vers ! Alors, l’écriture pourrait rebuter à première vue, on se dit « Oh Oh, un livre écrit en vers, ça va être barbant, non ? » Eh bien, pas du tout ! Je tire vraiment mon chapeau à Clémentine Beauvais ! Écrire un roman déjà en soi n’est pas chose aisée mais le faire en vers en plus, il fallait oser (et y penser) ! J’ai vraiment adoré l’écriture qui donne toute son originalité à l’histoire, et qui la rend bien évidemment plus poétique que jamais.  Qui plus est, cela m’a vraiment donné envie de lire d’autres ouvrages de cette jeune auteure. Je vous recommande donc chaudement cette romance qui sort totalement du lot !