Et les vivants autour

Et les vivants autour

Depuis 4 ans, Jeanne est dans le coma. A 29 ans, elle ne donne plus aucun signe de vie et se situe dans un état d’éveil non répondant selon les médecins. Ces derniers préconisent depuis plusieurs mois déjà l’arrêt des soins, mais la famille Mercier ne veut pas l’entendre. Les parents, la sœur et le mari de Jeanne tiennent à ce qu’elle reste en vie. Mais lorsque le professeur Goossens convie tout ce petit monde pour un nouvel entretien, la tension est palpable.

Je m’arrête là pour le résumé, car « Et les vivants autour » se situant entre le roman noir et le thriller, je ne voudrai surtout pas spoiler la suite. Après « Je ne sais pas », je me suis donc attaquée à un nouveau roman de Barbara Abel.

Alors que les apparences nous dévoilent une famille soudée, la réalité s’avère bien différente. Après l’annonce faite par le médecin, les liens se déchirent, y compris entre les parents.

Le fait qu’il y ait assez peu de personnages permet de bien se repérer dans l’histoire, notamment lorsque le passé refait surface. Le suspense quant à lui, est présent durant une bonne partie du livre. Outre la tension qui règne dans le roman, on appréciera les diverses thématiques d’actualité abordées par l’auteure, à savoir l’euthanasie, les convictions religieuses, l’avortement, les violences faites aux femmes. Dur dur de lâcher ce roman tant l’on a envie de connaître la vérité et les conséquences…

Je sais pas

petite fille qui ne dit rien

Je sais pas

A l’école maternelle des Pinsons, la journée qui s’annonce sort un peu de l’ordinaire. Les instituteurs profitent en effet d’une belle météo pour organiser une sortie avec les élèves. Sur place, les enfants doivent entre autres construire des cabanes. Mais le courant entre Emma, 5 ans, et la jeune institutrice Mylène ne passe pas.  Lorsque vient l’heure de rentrer, la petite fille est introuvable. Les éducateurs se mettent alors à sa recherche, pensant que cette dernière s’est perdue en forêt. Les forces de l’ordre sont également déployées. Et puis Emma réapparaît, comme si de rien n’était, incapable de raconter ce qu’il s’est passé. Le hic, c’est que Mylène manque désormais à l’appel.

Je ne lis pas souvent des thrillers mais quand cela arrive, je suis rarement déçue par mes choix ! « Je sais pas » c’est le dernier roman écrit par Barbara Abel. J’aime bien quand il y a beaucoup de suspense et quand on s’interroge sur le personnage principal. En l’occurrence ici, il y en a deux. D’une part, Emma, une adorable petite peste peu appréciée par les autres enfants, et Mylène, une instit mal dans sa peau, qui a parfois des difficultés à maîtriser ses émotions.

La 4e de couverture du roman « Je sais pas » en dévoile en fait très peu sur le récit. Le lecteur sait juste qu’une fillette disparaît dans les bois, or ce n’est que le tout début de l’aventure. L’éducatrice va être en effet une victime collatérale de ladite disparation et les heures seront comptées. Je ne vous spoile pas davantage, cela risquerait de gâcher un peu votre lecture. Sachez juste, comme le souligne le résumé, que derrière un visage d’ange peut parfois se cacher un démon…