Judy portée disparue

un coeur retenu par une ficelle

Judy portée disparue

Il y a huit ans, la petite Judy disparaissait au coin de la rue. Depuis, Kim, sa grande sœur, se sent coupable. Si elle ne s’était pas disputée avec elle, si elle l’avait tenue par la main, Judy serait encore là. Aujourd’hui encore, elle croit apercevoir sa sœur à chaque endroit où elle passe. Kim garde l’intime espoir de retrouver sa sœur.

Après « L’affaire Jennifer Jones », j’avais très envie de lire un autre roman d’Anne Cassidy. C’est ainsi que je suis tombée sur « Judy portée disparue ». Cette nouvelle lecture m’a confortée dans mes choix d’auteurs.

Dès le départ, nous sommes plongés dans l’ambiance. La famille de Judy est réunie dans le salon, prête à suivre l’émission diffusée en direct, qui porte sur les enfants disparus, dont fait partie Judy. On comprend tout de suite le sentiment de culpabilité qui ronge Kim et comme elle, on espère qu’après la diffusion, l’affaire va enfin avancer. Judy n’avait que 5 ans, lorsqu’elle s’est envolée, et depuis, personne n’a retrouvé sa trace, encore moins son corps. Le lendemain, de nouvelles pistes font surface, et Kim est persuadée que sa sœur est en vie. Tout comme elle, le lecteur émet des hypothèses. Comme elle, il se trompe. Car, le plus passionnant dans « Judy portée disparue », outre le fait d’être à fond dans l’intrigue, c’est d’effectuer les mêmes erreurs que l’héroïne, de porter le même jugement. Le final m’a semblé à la hauteur des grands polars, car nous n’imaginons pas un seul instant que cette « issue », cette « hypothèse » soit la bonne. Un thriller qui nous tient en haleine jusqu’au bout et qui prouve encore une fois le talent d’Anne Cassidy.

L’affaire Jennifer Jones

empreinte d'une fille sur du papier journal

L’affaire Jennifer Jones

Alice Tully est une jeune fille de 17 ans, à la fois étudiante et serveuse. Comme bon nombre d’adolescentes, elle a un petit-copain, Frankie. Mais les points communs avec les autres filles de son âge s’arrêtent là ; car Alice est sans famille et aussi sans passé. Pourtant depuis six mois, elle s’intéresse de près à une histoire d’enfants meurtriers et en collectionne tous les articles. « Comment une petite fille de dix ans peut-elle tuer un autre enfant de sang froid ? » Et si Alice était en fait Jennifer Jones, la tueuse en question ?

« L’affaire Jennifer Jones » d’Anne Cassidy a reçu le prix du meilleur livre ado en Angleterre lors de sa sortie, et l’on comprend assez vite pourquoi. Ce polar assez sombre retrace la vie de Jennifer, une enfant de 10 ans, à la vie de famille assez mouvementée. Entre foyers d’accueil et vie avec sa mère ou sa grand-mère, Jennifer rate souvent l’école et n’a pour ainsi dire aucun ami. Sa mère, « mannequin », décide d’emménager dans une petite ville du nom de Berwick Waters. Sur place, Jennifer se lie plus ou moins d’amitié avec Michelle et Lucy, mais la franche camaraderie va tourner au drame. Nous retrouvons ensuite Jennifer plusieurs années après, à sa sortie de prison. Les médias ne le savent pas encore mais Jennifer a troqué son identité pour celle d’Alice Tully. Elle vit avec Rosie, une assistante sociale, étudie et fréquente Frankie. Elle mène une nouvelle vie, plutôt paisible, jusqu’au jour où les deux jeunes femmes découvrent que leur voisine n’est autre qu’une journaliste investigatrice qui a enquêté sur Alice, et qui s’apprête à sortir un livre, avec ou sans son consentement…

Anne Cassidy a une très bonne écriture et nous tient en haleine tout au long du roman. Si l’on apprend rapidement qu’Alice est en fait Jennifer, les dessous de « L’affaire Jennifer Jones » nous sont révélés que petit à petit. Le lecteur se demande en effet comment une gamine de dix ans peut en tuer une autre et pour quelle(s) raison(s). Bien que les faits plutôt cruels nous soient retransmis, on arrive sans peine à avoir de la compassion pour cette jeune fille qui veut retrouver une vie normale, même si on n’admet absolument pas son attitude. Entre les allées et venues du détective, les détails sur sa vie de famille et son passé, la traque des médias et enfin la révélation faite à son petit-ami, Anne Cassidy oscille entre le thriller et le polar à la perfection.