Le Parc du Petit Prince

le petit prince sur sa planète

Parc du Petit Prince

parc du petit prince

L’entrée du Parc du Petit Prince

Situé à Ungersheim en Alsace, le parc du Petit Prince a ouvert ses portes en 2014. Un emplacement qui n’a pas été choisi au hasard. puisque figurez-vous qu’en novembre 1492, une météorite dénommée « La Pierre de Tonnerre » est tombée à ce même endroit ! Le site s’avérait donc incontournable pour y installer la planète B612, son Petit Prince et sa rose…

mongolfiere

Un des ballons captifs

Le Parc du Petit Prince est le tout premier parc aérien au monde. Il se veut ludique et éducatif, et nous invite à un voyage pour le moins poétique. On y dénombre pour le moment une trentaine d’attractions. Si le parc s’adresse avant tout aux enfants, il s’avère une belle escapade pour les plus grands aussi. Rien de tel qu’un moment dans ce parc pour retomber en enfance…

Dès l’entrée, nous sommes propulsés dans les étoiles et dans un monde imaginaire où le Petit Prince et le renard nous accueillent. Direction ensuite l’un des deux ballons captifs du parc qui vous embarquent à 135m de haut et qui vous permettent d’avoir une vue imprenable sur le ballon des Vosges, Mulhouse, Colmar, le Jura, voire les Alpes, et bien évidemment l’ensemble du parc !

renard

Le renard

Non loin de là, les animaux attendent les visiteurs de pied ferme. Vous avez la possibilité d’admirer la Renardière ou encore le pré des moutons. Dans ce dernier, un petit spectacle est proposé, avec un chien de berger ; ça s’appelle « Danse avec les moutons ». En prime, vous avez le droit à la fin de nourrir les brebis et les agneaux, et c’est super chouette ! A côté du pré, il y a le spectacle de pigeons, qui est tout aussi amusant. Pareil, à la fin du show, vous pouvez nourrir vous-mêmes les oiseaux ; c’est tout simplement génial !

Côté promenade, il y a de quoi faire ! Le jardin des papillons et ses serres, ainsi que la Roseraie ne peuvent que charmer les visiteurs. On peut aussi se perdre et chercher des indices dans le labyrinthe de la fontaine. Si vous souhaitez faire une pause dans votre marche, prenez le petit train pour découvrir un bout du parc. Pour un petit coin d’ombre, rendez-vous au grand cinéma 3D pour voir un court-métrage, ou dans la planète sous-marine 4D pour prendre en photo des poissons dans l’océan ! Les jeux ne sont pas ce qui manque au Parc du Petit Prince. Vous pouvez vous amuser dans l’attraction « Courrier Sud » ou sur les immenses trampolines « De planète en planète ». A l’extérieur, les chaises volantes vous feront tourner la tête. Les plus jeunes pourront s’amuser sur les balançoires ou faire de la tyrolienne. D’autres espaces au sein du parc leur sont intégralement dédiés, tels que « Le serpent » ou « Apprivoise-moi ».

Parc du Petit Prince

Parc du Petit Prince

parc du petit prince

L’aérobar

Pour prendre un peu d’altitude, je vous conseille l’aérobar du buveur. Savourez votre glace ou votre verre à 35m de haut, les pieds dans le vide. Personnes ayant le vertige, s’abstenir ! Si vous vous sentez l’âme d’un aviateur, vous pourrez vous engouffrer dans « Vol de nuit » qui simule un vol dans les années 40 ou 60 en pleine tempête. Testez ensuite vos connaissances en matière d’astronomie avec « Les questions astronomiques » Enfin, vous avez aussi la possibilité de découvrir plus en détails le plus grand biplan du monde et de vous y installer !

boutique du parc du petit prince

La boutique du parc

Avant de repartir du parc, laissez-y votre empreinte sur la fresque « Dessine-moi un mouton ». Des craies sont mises à votre disposition ! Et n’oubliez pas de faire un saut à la boutique. Vous craquerez forcément pour un renard en peluche ou pour le livre incontournable du Petit Prince de St Exupery.

Retrouvez l’intégralité des photos du Parc du Petit Prince sur ma page Facebook.

Publicités

Le Smurf Store

Smurf store

Smurf store

Smurf store

Smurf store

Il était une fois un pays qu’on appelait « Le Pays Maudit ». Dans cette contrée sauvage, aux abords d’une clairière poussaient de drôles de champignons, habités par des Schtroumpfs. Ces petits lutins bleus vivaient en harmonie, se goinfraient de salsepareilles dès qu’ils le pouvaient et n’hésitaient pas à organiser une fête dès qu’un événement sortant de l’ordinaire se présentait. Le village des Schtroumpfs était dirigé par le Grand Schtroumpf, et tous les Schtroumpfs (ou presque) étaient amoureux de la Schtroumpfette.

Smurf store

Smurf store

Dans un pays non loin du nôtre, où les frites et les gaufres sont reines, il existe un endroit appelé le Smurf store, comprenez : le magasin des Schtroumpfs ! Située à Bruxelles en Belgique, à côté du Moof (Museum of original figurines), cette boutique s’apparente à un petit paradis pour les amoureux des Schtroumpfs comme moi !

Smurf store

Smurf store

Pièces de collection, vêtements, bandes dessinées, peluches, vaisselles, jeux et autres gadgets alimentent le magasin. Difficile de résister à cette place qui vous fait retomber en enfance, à ces petits schtroumpfs tout doux qui vous font de l’œil, et à ces tableaux qui vous rappellent de merveilleuses histoires enchantées. Impossible de sortir de la boutique sans un sachet Schtroumpf en main et sans avoir fait une photo à l’extérieur près du grand champignon Schtroumpf. Un monde magique, une adresse incontournable à Bruxelles, qui ravira petits et grands. Si vous n’avez pas la possibilité de vous rendre sur place, rendez-vous sur la boutique en ligne !

Smurf store (7)

Smurf store

Strasbulles

Strasbulles

Strasbulles

Strasbulles

Strasbulles

Du 5 au 7 juin, la capitale alsacienne a fait péter les bulles. Pour la 8e année consécutive, Strasbourg organisait son festival européen de la bande dessinée « Strasbulles », et avait pour parrain, l’auteur de la BD « Lou », j’ai nommé Julien Neel. Une aubaine pour les amoureux du 9e art. Ledit festival se déroulait principalement sur la place Kléber, ainsi que dans la salle de l’Aubette, le tout sous un ciel bleu magnifique.

Au programme durant les trois jours : des concerts, des rencontres avec des auteurs, des séances de dédicaces, des expositions et des battles de dessinateurs.

Strasbulles

Strasbulles

Côté expo, le public pouvait découvrir « En route vers les étoiles », « Un vent nouveau » et les tribulations du Marsupilami. Outre les rencontres avec les auteurs et donc les stands des maisons d’édition, des bouquinistes spécialisés dans la bande dessinée, ainsi que des collectionneurs se sont emparés des lieux.

Strasbulles

Strasbulles

Pour ma part, je dois vous avouer que même si le beau temps était au rendez-vous et que le bonheur fut trouvé chez les libraires d’occasion, j’ai été un peu déçue par l’événement. Le premier jour, les auteurs ne se bousculent pas au portillon ; je n’en ai pas vu plus d’une dizaine et je n’en connaissais aucun, même de nom… J’ai vu des personnes réaliser des petites battles de dessins, mais devant des classes. L’animation n’était pas vraiment au rendez-vous et la foule non plus pour cette première journée. Cela manquait vraiment d’entrain. Une escapade littéraire courte mais intense.

La vieille bourse de Lille

Vieille bourse de Lille

Vieille bourse de Lille

Vieille bourse de Lille

Vieille bourse de Lille

Sur la grande place de Lille (plus communément appelée Place du Général de Gaulle), un bâtiment prestigieux s’impose outre le carillon, il s’agit de la Vieille Bourse. L’endroit est plus qu’original et pour cause : il est le résultat d’un emboîtement de 24 demeures identiques.

Vieille bourse de Lille

Vieille bourse de Lille

Dans la cour intérieure, les bouquinistes et les antiquaires se donnent rendez-vous tous les après-midis du mardi au dimanche pour partager leurs passions.

Vieille bourse de Lille

Vieille bourse de Lille

Affiches, vieux livres, romans, bandes dessinées en ch’ti (oui ça existe), cartes postales, le marché de l’occasion détient une place de choix dans le Vieux Lille. Pendant que certains s’adonnent parfois aux échecs, d’autres improvisent des cours de danse (et plus particulièrement de tango, s’il vous plaît).

Vieille bourse de Lille

Vieille bourse de Lille

Construite au XVIIe siècle, la Vieille Bourse est classée monument historique. Un endroit très calme en plein milieu d’une ville en effervescence, qui s’avère le « fleuron de l’architecture flamande ». Elle ne manquera pas de plaire aux chineurs et aux curieux, bien entendu !

 

Vieille bourse de Lille

Vieille bourse de Lille

Le Masque et la Plume

Le Masque et la Plume

Le Masque et la Plume

jérôme garcin

Le Masque et la Plume

A l’occasion du « Livre sur la Place », manifestation littéraire qui s’est déroulée du 12 au 14 septembre dernier, à Nancy, la station de radio France Inter enregistrait plusieurs émissions en direct de l’Opéra.

Le Masque et la Plume

Le Masque et la Plume

Autant être honnête avec vous tout de suite : j’écoute la radio pour la musique et les infos. Pour me tenir au courant de l’actualité littéraire, je mise plutôt sur mon travail, les librairies, les critiques de blogueurs et les revues. Mais lorsqu’on m’a proposé d’assister à l’enregistrement du « Masque et la Plume », THE émission littéraire de France Inter, j’ai sauté sur l’occasion. Par curiosité, pour voir comment se déroule l’enregistrement d’une émission de radio, mais aussi pour entendre des critiques littéraires.

Le Masque et la Plume

Le Masque et la Plume

Arrivée pile poil à l’heure, je suis montée dans l’un des derniers balcons de l’Opéra de Nancy pour me trouver une petite place. Il faut dire que je n’étais pas la seule à ce rendez-vous ; la salle était presque pleine ! Et quel bel endroit ! Moi qui n’avais jamais mis les pieds dans un Opéra, je fus enchantée, ravie, ébahie par la beauté des lieux !

L’émission a démarré à 20 heures tapantes avec en premier lieu les critiques littéraires. Au programme de la séance spéciale rentrée littéraire 2014 justement : « Le royaume » d’Emmanuel Carrère, « On ne voyait que le bonheur » de Grégoire Delacourt, « Peine perdue » d’Olivier Adam, « Mécanismes de survie en milieu hostile » d’Olivia Rosenthal et « Une éducation catholique » de Catherine Cusset. Je connaissais les trois premiers auteurs, j’ai lu des ouvrages de Grégoire Delacourt (que j’ai aimés précisons-le). Autour de l’animateur du Masque et de la Plume, alias Jérôme Garcin, se trouvaient : Olivia de Lamberterie, Jean-Louis Ezine, Jean-Claude Raspiengeas et Arnaud Vivant. Durant une bonne heure, les critiques littéraires ont fait part de leurs impressions concernant ces ouvrages. Si Emmanuel Carrère a récolté tous les suffrages, il n’en fut pas de même pour Grégoire Delacourt dont le dernier roman a été fustigé (j’espère pour lui qu’il n’était pas dans la salle ce soir-là).

France Inter

France Inter

Entre rires, étonnements et sarcasmes, les invités n’y sont pas allés de mains mortes, mais le public a apprécié, moi y compris. J’avoue avoir été scotchée par leur sens de la répartie, par le vocabulaire employé, par… leurs arguments tout simplement. Moi qui ne suis pas très branchée débats à la base, j’ai trouvé que la parole était bien distribuée. Qui plus est, ça ne partait jamais en cacophonie comme on peut le voir dans certains émissions télévisées. Il n’y a rien de plus agaçant que cela. La soirée s’est poursuivie avec les critiques de cinéma et les films prochainement à l’affiche. Si les paroles étaient moins piquantes que durant la séance littéraire, les interventions restaient intéressantes. Bref, une belle première expérience qui m’a donné envie d’assister à d’autres émissions !