Amoureux

Amoureux

« Amoureux », c’est un album poétique sur l’état amoureux dans toutes ses formes. Écrit et illustré par Hélène Delforge et Quentin Gréban, il évoque des situations du quotidien, comme dans les transports en commun, l’étape de la séduction, les souvenirs d’un vieux couple, l’âme sœur, l’amour pour soi, pour un enfant, ou encore le fait de concevoir un bébé. Il parle aussi de l’amour plus dur, comme celui de la séparation, puis des retrouvailles dues à la guerre, des disputes, des paroles écrites parfois incomprises et des scientifiques qui veulent nous persuader que l’amour ne dure que trois ans.  On y déniche aussi quelques belles citations, et surtout, de magnifiques illustrations !

Ce livre plaira aux romantiques, aux amateurs de poésies, aux amoureux des mots. Aux adolescents peut-être, aux adultes surtout. Je vous livre ci-dessous le texte que j’ai le plus aimé, histoire de vous mettre l’eau à la bouche :
« Dans les comédies romantiques,
les amoureux vivent des instants ordinaires mais magiques.
Quand ils vont à la patinoire,
il y en a un qui dérape et se raccroche à l’autre,
et c’est leur premier contact, puis tout un symbole :
ils vont se soutenir, ils seront plus forts ensemble.
Dans les comédies romantiques,
les amoureux se mettent de la peinture sur le nez
pour rire quand ils aménagent leur première maison.
Il sort un écrin de sa poche.
elle bredouille « Oui ».
The end.
Lumière dans la salle,
on essuie ses yeux humides,
on enfile son manteau.
Dehors, la pluie est moins froide
parce qu’on a une belle histoire dans la tête.
Notre comédie romantique a continué après le « Oui ».
Pendant 43 ans.
On a appris à patiner.
on glissait main dans la main,
ensemble dans la même direction.
c’est pas mal non plus, comme symbole.
Surtout qu’on est beaucoup tombés.
Et qu’on s’est toujours rattrapés.
Pendant 43 ans.
La peinture s’est écaillée.
On a ressorti les pinceaux.
Nos nez en ont vu de toutes les couleurs.
43 ans de « Oui »,
ordinaires et margiques.
The end. Hier.
La lumière s’est éteinte.
Je n’ai pas envie d’essuyer mes yeux.
Tu n’es pas là pour m’aider
à enfiler mon manteau.
La pluie est glacée,
tu ne tiens plus le parapluie. »