Khalil

Khalil

13 novembre 2015 : Tandis que les Bleus rencontrent amicalement l’Allemagne au Stade France, des terrasses parisiennes et la salle du Bataclan sont prises d’assaut par des terroristes. Dans la foule, se trouve Khalil. Il est dans le métro, une ceinture d’explosifs autour de la taille et attend le bon moment pour passer à l’acte. Seulement, tout ne va pas se passer comme prévu.

Avec « Khalil », Yasmina Khadra signe un nouveau roman pour la rentrée littéraire. Et comme bon nombre de ses écrits, l’auteur est en plein dans l’actualité. Cette fois-ci, il s’intéresse aux attentats de Paris, en se mettant dans la peau de l’un des djihadistes. Le lecteur découvre alors le parcours de cet homme qui a décidé de devenir un kamikaze. Qui est sa famille ? Quelles sont ses fréquentations ? Comment s’est-il radicalisé ? On se rend compte dans un premier temps que Khalil vient du fameux quartier de Molenbeek, puis qu’il n’a pas que des mauvais amis. Enfin, pour ne pas dévoiler toute l’histoire, une raison importante pourrait justement le dégoûter du terrorisme. Et pourtant, Khalil fonce tête baissée, pensant sauver le monde, faire le bien. S’il est impossible de s’imaginer à sa place, Yasmina Khadra maîtrise le sujet à la perfection. Il a beau déranger, il reste juste dans ses propos, montrant ici que la folie de cet homme lui semble tout simplement banale.

Publicités