A fleur de peau

maison au bord du lac

A fleur de peau

Etudiante à l’université du Wisconsin, Jane est une jeune femme brillante mais victime de fugues temporelles depuis l’âge de 11 ans, année où elle a été enlevée dans des circonstances bien mystérieuses, jamais élucidées. En vacances dans le chalet familial au bord du Lac Mendota, Jane se retrouve seule avec Richard, son beau-père, tandis que sa mère est à Chicago pour le travail. En pleine nuit, la jeune femme se réveille, les mains ensanglantées, un couteau à ses pieds, et non loin d’elle, Richard, égorgé. L’étudiante est alors déférée devant la Cour Criminelle. Et si elle a tout de la coupable idéale, l’est-elle véritablement ?

Un grand merci tout d’abord aux Editions de Borée pour m’avoir proposé de lire le polar de James Barnaby, « A fleur de peau ». Si vous me suivez, vous devez savoir qu’en règle générale, je ne lis jamais, voire peu de polar. Je ne suis guère fan de la dimension enquête. Mais en lisant le résumé de cet ouvrage, je me suis laissée tenter.

La première phrase que l’on peut lire en ouvrant le roman attire forcément la curiosité : « Lorsque vous lirez l’histoire de Jane McLeone, vous ne laisserez plus jamais vos enfants regarder seuls un dessin animé de Walt Disney… » Cela jette un froid, n’est-ce pas ? Car Jane est en effet imbattable sur les dessins animés de Walt Disney. Mais elle en est aussi traumatisée. A la vue de « Blanche Neige et les Sept Nains » ou « Alice au Pays des Merveilles », Jane entre en transe, perd connaissance et fait des choses dont elle ne se souvient pas. Avec la mort de son beau-père sur les bras, et au vu du contexte dans lequel il a été retrouvé dans une mare de sang, Jane ne peut qu’être une criminelle. Mais Joseph Sleuth, agent local du FBI, plaide plutôt pour un assassinat politique maquillé, Richard souhaitant briguer le poste de Sénateur. Au fur et à mesure des rencontres et des séances d’hypnoses auxquelles Jane va avoir droit, la vérité va se dévoiler petit à petit.

« A fleur de peau » est un thriller vraiment original. La cabane isolée au bord du lac et le passé de Jane plongent tout de suite le lecteur dans l’ambiance. Et que dire de la manipulation psychologique, omniprésente dans le récit ? Elle nous maintient en haleine tout du long. Enfin, il ne fait aucun doute qu’en refermant ce livre, vous ne verrez plus les dessins animés de Walt Disney de la même manière.

Publicités