Trashed

Trashed

Dans une ville perdue de l’Ohio, J.B, 21 ans, a arrêté ses études et se retrouve à nouveau chez papa-maman. Bien décidé à ne plus avoir ses parents sur le dos, le jeune homme doit trouver un travail. Suite à une petite annonce, le voilà embauché comme éboueur contractuel avec un copain de lycée. J.B va être confronté à la dure réalité du métier : côtoyer de drôles d’habitants, les chiens errants, les sacs poubelles pas fermés, les détritus qui pèsent une tonne. Non seulement J.B doit supporter les mauvaises odeurs mais il doit en plus se faire à l’idée de travailler aussi bien sous un soleil de plomb que pendant de grosses averses.

Pour écrire et illustrer « Trashed », Derf Backderf s’est inspiré de sa propre vie. Lors de sa dernière année passée au lycée, l’illustrateur a en effet travaillé quelque temps comme éboueur. Il sait donc de quoi il parle. Derf Backderf veut aussi évoquer avec nous le quotidien des petites villes américaines, et la société de consommation dans laquelle nous sommes plongés.
J’ai connu Derf Backderf grâce à la BD « Mon ami Dahmer » (aussi en chronique sur le blog) qui retrace la vie d’un futur serial killer, et qui était inspirée d’une histoire vraie. J’avais également eu la chance de croiser et d’échanger quelques mots avec l’auteur lors du Festival International de la Bande dessinée d’Angoulême. Il était donc tout naturel que je me penche sur « Trashed ». Très différente de « Mon ami Dahmer », on retrouve pourtant le bon coup de crayon, très unique, de l’auteur. Outre le quotidien d’un éboueur, le lecteur découvrira des personnages atypiques, et aura par ailleurs une vision différente de l’American way of Life que l’on a tendance à nous délivrer à travers les films et les séries télévisées.

Mon ami Dahmer

Un homme assis dans une salle de classe entouré d'autres personnes

Mon ami Dahmer

Derf Backderf vit à Richfield, dans l’Ohio. Au collège, il fait la connaissance de Jeffrey Dahmer, garçon solitaire et un peu étrange. Il aime jouer avec les animaux morts et mener des expériences avec de l’acide dans sa cave, mais ça tout le monde ou presque l’ignore. Derf et Jeffrey traînent ensemble jusqu’à la fin du lycée. Au fur et à mesure des années, Jeffrey devient la risée de ses camarades, voire le clown de service. De plus en plus absent en cours, il va sombrer dans l’alcool et commettre son premier meurtre.

« Mon ami Dahmer » raconte donc l’histoire de Jeffrey Dahmer, du point de vue d’un copain d’enfance, Derf Backderf.  La première fois que j’ai entendu le nom de Dahmer, cela ne m’a pas vraiment parlé. Mais grâce à la bande dessinée et à l’épilogue, j’ai pu découvrir qu’il s’agissait en fait d’un serial killer, surnommé « Le cannibale du Milwaukee ». Jeffrey Dahmer a commis son premier crime en 1978, juste après la fin du lycée. Seize autres meurtres suivront. Le tueur sera finalement arrêté en 1991 et condamné à 957 ans de prison, soit une peine irréalisable. Jeffrey Dahmer sera assassiné dans sa cellule.

La bande dessinée raconte donc la jeunesse de Dahmer. C’est assez bien documenté. Le dessin est un peu spécial mais on y prend goût rapidement, car le trait se prête bien à la situation. On y découvre un adolescent paumé, solitaire, délaissé par ses parents et pris de pulsions de plus en plus morbides. Car, si Dahmer s’intéresse d’abord aux animaux morts, il se rend compte à l’adolescence qu’il est attiré par les hommes. Des hommes qu’il aimerait bien avoir dans son lit, même morts. Dahmer fait tout son possible pour lutter contre ses envies mais celles-ci persistent et s’avèrent toujours plus fortes. Après avoir lu la BD de Backderf, j’avoue être restée sur ma faim, car elle se termine au premier meurtre. L’épilogue est rapidement raconté sous forme textuelle, alors j’ai décidé de me « renseigner ». Si comme moi, vous souhaitez en savoir plus sur ce serial killer qui a fait trembler les USA, je vous invite à regarder le reportage de la Chaîne du Crime.