Et tes larmes retenir

Et tes larmes retenir

A 32 ans, Julien est un papa divorcé, photographe de mode, qui s’envole pour New York, un mois très exactement après les attentats du 11 septembre. A l’aéroport, il tombe sur Anna, son premier amour. Ebloui par la jeune femme qu’elle est devenue, le jeune homme décide de se lancer dans une opération séduction. Au cœur de la Grosse Pomme, l’artiste multiplie les sorties pour la conquérir. Mais de son côté, Anna a perdu ses parents tragiquement dans un accident d’avion. La trentenaire aura-t-elle l’envie de laisser quelqu’un s’emparer de son cœur ? Surtout par celui qui le lui a brisé durant son adolescence…

« Et tes larmes retenir » est une romance qui tire son épingle du jeu et qui se distingue de bon nombre de comédies romantiques, grâce à plusieurs aspects. Premièrement, le personnage principal est un homme, ce qui est plutôt rare, encore plus lorsque l’auteure est une femme, ici Charlotte Orcival en l’occurrence. Deuxièmement, il n’y a aucune scène de sexe. L’intimité est précieusement conservée à l’heure où il se passe rarement une histoire, surtout dans les films, où on note au moins une scène de ce genre. Et franchement, c’est agréable ! Enfin, c’est une romance qui sort de l’ordinaire, du fait que les deux personnes se connaissent et ont été fragilisées par la vie. Il est en effet question de deuil, d’attentat, de dépression et de divorce.

Charlotte Orcival livre ici un roman court, ponctué de chapitres dynamiques, et divisé en plusieurs parties allant des retrouvailles à l’aéroport, au voyage new-yorkais, jusqu’au retour à Paris. Avec des personnages attachants, l’écrivaine nous touche par de très beaux passages sur l’amour, l’espoir et le bonheur. En bref, une lecture qui met du baume au cœur.