Un merci de trop

Un merci de trop

Juliette a toujours été une jeune fille sage et docile. Elle n’a jamais fait de bêtises ou désobéit. C’est quelqu’un de droit dans ses bottes ; une enfant modèle en quelque sorte. Mais à 30 ans, la jeune femme en a marre de cette image. Assistante de gestion, elle va finir par tout plaquer, suite à une humiliation professionnelle. Elle compte bien désormais vivre ses rêves, écrire enfin son roman et prendre des décisions qui vont à l’encontre de celle qu’elle était jusqu’à présent.

Je ne veux pas vous en dévoiler de trop avec mon résumé car cela pourrait vous gâcher une bonne partie de l’histoire. Après avoir lu « Tu as promis que tu vivrais pour moi », j’ai décidé de lire le premier roman de Carène Ponte, « Un merci de trop ». J’ai eu l’opportunité de rencontrer l’auteure au « Livre sur la Place » à Nancy et d’avoir mon ouvrage dédicacé ! Un petit régal ! J’ai ensuite emporté ce livre en vacances, car il faut bien le dire : quand je suis en congés, je n’aime pas prendre des pavés avec moi. J’aime multiplier les petits romans, les feel good (surtout en ce moment) et « Un merci de trop » ne pouvait pas échapper à ma valise ! J’ai pris beaucoup de plaisir à lire « Un merci de trop » et à suivre les péripéties de Juliette. On se situe entre la comédie romantique et le feel-good book. Et bien que la situation de la jeune femme semble irréaliste, on se délecte et on s’amuse tout au long de notre lecture. J’ajouterai même une mention spéciale au repas de famille dans la première partie du roman qui m’a vraiment fait pleurer de rire ! Si jamais vous le lisez ou l’avez lu, n’hésitez pas à me dire le fond de votre pensée !

Publicités

Tu as promis que tu vivrais pour moi

petits mots

Tu as promis que tu vivrais pour moi

A 30 ans, Molly vient de perdre Marie, sa meilleure amie. La maladie l’a emportée en quelques mois à peine. Juste avant de mourir, sa sœur de cœur lui a demandé de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour toutes les deux.  Quelques jours après l’enterrement, Molly réceptionne un paquet contenant 12 lettres de Marie pour lui faire respecter son engagement.

Lorsque j’ai lu le résumé et que j’ai découvert que le personnage principal recevrait des lettres de sa copine défunte, cela m’a beaucoup fait penser au livre de Cecelia Ahern, « PS : I love you ». Pas vraiment de plagiat en vue puisque dans l’histoire, Marie raconte en effet avoir été marquée par ce dernier, d’où l’idée d’écrire des lettres à sa meilleure amie.
Que vous dire ? J’ai adoré « Tu as promis que tu vivrais pour moi ». Vraiment. L’écriture de Carène Ponte est telle que je n’avais pas envie de refermer le livre. Les personnages sont attachants et nous sommes embarqués durant la moitié du récit à Grenoble, une ville que j’ai visitée il y a quelques années et que j’avais beaucoup appréciée. J’étais aussi impatiente que Marie à l’idée de découvrir chaque mois une nouvelle lettre. Le roman est une très belle histoire d’amitié. Il peut s’apparenter aussi à de la littérature feel-good puisque, suite au décès de sa meilleure amie, Molly va opérer un changement radical dans sa vie. Bref, vous l’aurez compris, j’ai été enchantée par cette lecture !