Une ville si parfaite

Une ville si parfaite

Parfaite-Ville semble être un endroit utopique. En effet, tout a été pensé pour que tout le monde y vive heureux et serein. Des écrans sont installés un peu partout, sur lesquels sont diffusés des films et des programmes de propagande. Les habitants résident tous dans un seul et même immeuble de plus de 400 étages et visent un objectif : celui d’être promu à l’étage supérieur pour bénéficier d’un niveau de vie encore meilleur. Néanmoins, quelques règles doivent être respectées : interdiction de se plaindre du maire ou de quitter la ville. Alors, résidence de rêve ou véritable cauchemar ?

« Une ville si parfaite » est le second roman de Raphaël Cuvier après « L’antipapillon » (j’en profite pour remercier l’auteur pour sa confiance). Publié aux éditions 5 sens, cette nouvelle histoire s’avère assez courte (55 pages seulement) et j’aurais bien aimé une bonne centaine de pages en plus pour creuser l’idée de la ville parfaite. Illustré par Simone Clément, l’ouvrage plaira sans aucun doute aux adolescents qui sont généralement très fans des dystopies. Ici, nous sommes à contre-courant puisqu’à première vue, il s’agit d’une utopie. Mais cela n’est qu’un leurre, car derrière la façade d’un immeuble pas comme les autres, se cache une des plus grandes supercheries. Non loin du très connu Truman Show, « Une ville si parfaite » est un récit facile, qui se lit vite et qui est plaisant à découvrir. Peut-être serait-ce une idée de lecture pour ceux qui aimeraient se mettre à la lecture ?!