La fille et le fusil

La fille et le fusil

Lou ne vit pas une adolescence de rêve. Elle habite loin du village, avec sa mère et sa grand-mère, dans une vieille bicoque au bout d’un chemin paumé. Au lycée, c’est encore pire, elle n’a pas d’amis et subit sans cesse les moqueries des autres. Elle aimerait qu’on la remarque. Elle voudrait voyager. Découvrir Paris. Et puis un jour, l’incroyable se produit. Suite à une punition en classe, Lou se doit d’échanger avec Phoenix, le garçon le plus populaire du bahut, celui sur lequel elle fantasme depuis des semaines. C’est donc chez elle que les deux adolescents décident de travailler. Mais le même soir, un homme célèbre frappe à la porte et chamboule tout. A tel point que Lou perd ses moyens et décide de pointer son fusil. Une drôle de prise d’otages commence.

Un grand merci tout d’abord aux éditions Albin Michel pour ce premier partenariat. J’ai pu ainsi découvrir Caroline Sole et son dernier roman « La fille et le fusil ». Un roman Young Adult un peu particulier parce que j’ai trouvé qu’il ne ressemblait à aucun autre, tant au niveau du style que du récit.

La prise d’otages qui ne semble pas du tout préméditée cache en fait le vrai malaise de l’adolescente : celui de ne pas être remarquée par autrui. Avec ce geste, tout le monde va enfin découvrir qui elle est. Sa famille s’inquiète, les élèves parlent d’elle et les médias s’intéressent également à son sort. On est loin du polar ou du thriller psychologique ; plutôt dans le drame, celui d’une fille perdue qui ne rêve que d’une vie meilleure. Un roman de 224 pages qui s’engloutit aisément grâce à un huit clos prenant, dans lequel tout le monde va devoir faire des concessions.