Nos 14 novembre

attentats 13 novembre

Nos 14 novembre

Le vendredi 13 novembre 2015 est une date qui est malheureusement restée dans les mémoires. Ce soir-là, Paris est victime d’une série d’attentats, sur des terrasses, aux abords du Stade de France et au Bataclan, lors du concert d’Eagles of Death Metal. Le nombre de morts s’élève à 137. Parmi eux, Matthieu, un jeune papa, qui pensait rentrer tôt après le concert. Sa femme, Aurélie, est seule avec leur petit garçon, et enceinte. A 21h46, il lui envoie un dernier SMS lui disant « Ça, c’est du rock ». Puis plus rien. La suite, nous la connaissons. Les terroristes entreront dans le Bataclan et feront un massacre. Mathieu ne reviendra jamais de sa soirée.

« Nos 14 novembre » fait référence bien évidemment au lendemain des attentats de Paris. Aurélie en est une victime collatérale. Elle a perdu Mathieu, son époux et raconte à sa façon le drame et la manière dont elle a appris la terrible nouvelle. Aurélie n’est pas en colère, elle est triste. Elle doit faire le deuil, tout en s’apprêtant à vivre une seconde naissance. Elle raconte son combat, la façon dont ses proches s’occupent d’elle, son histoire d’amour qui vient de s’éteindre.

Dans cette lignée, j’avais déjà lu l’ouvrage d’Antoine Leiris, « Vous n’aurez pas ma haine » qui était déjà bien prenant et bien triste, mais j’ai trouvé qu’Aurélie Silvestre avait, malgré elle, mis la barre beaucoup plus haute. Dès les premières pages, l’émotion m’a submergée et j’avais les larmes aux yeux. Cette jeune femme, déjà maman d’un petit garçon, qui attend un autre enfant pour le printemps, voit son mari disparaître dans l’attentat du Bataclan. Quelle atrocité ! L’événement en lui-même est dramatique, mais la façon dont Aurélie raconte les choses, nous prend directement aux tripes. Elle évoque les poèmes que lui écrivait son mari, leur rencontre, mais aussi et surtout leur dernière journée. Elle se la remémore parfaitement bien, comme si elle avait su à l’avance que ces heures passées ensemble seraient les dernières. Ses mots sont bouleversants. Elle évoque ainsi tout ce qui disparaît avec lui. Son odeur, ses habitudes, ses paroles. Amputée de sa moitié, Aurélie raconte son combat, celui de continuer à vivre sans Mathieu.

Publicités

Laisser un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.