Jamais sur les lèvres

Jamais sur les lèvres

Jamais sur les lèvres

Dans le train qui l’amène vers Paris, Annette, 23 ans, rêve d’un avenir meilleur. Pour ce faire, elle a décidé d’ouvrir son propre atelier de couture dans la capitale. Il ne lui manque que l’argent. Pour mener à bien son projet le plus rapidement possible, la jeune femme a trouvé, semble-t-il, l’endroit idéal : « le 12 », comprenez une maison close. Reçue par la tenancière, Annette ne semble pas très à l’aise. Elle doit se déshabiller pour montrer son corps, s’effeuiller, et jouer un rôle pour satisfaire tous les hommes qui passent par là. Nourrie, logée et blanchie, la nouvelle prend ses marques dans sa chambre de bonne, et tente de faire son travail du mieux qu’elle peut. Un jour, elle reçoit un homme pas comme les autres. Un client qui ne vient pas pour le sexe mais pour discuter. Plusieurs fois d’affilées. C’est un homme de passage. Lors de son dernier rendez-vous avec Annette, il se met à genoux et demande de l’épouser. D’abord hésitante, la jeune femme finit par lâcher le bordel pour convoler en justes noces.

« Jamais sur les lèvres » est une nouvelle écrite par Sonia Dron qui évoque l’univers très atypique des maisons closes dans les années 1930. Le titre fait bien évidemment référence à ce qui est demandé aux prostituées, à savoir ne jamais embrasser un client sur la bouche (mais le reste est permis…) La nouvelle est très courte (13 pages) et l’histoire ne se termine pas très bien pour Annette. Vous allez dire que je termine mon résumé par un mariage et que ce n’est pas une happy end ? Eh bien non, car je ne vous ai pas tout dévoilé. Le personnage principal va sombrer mais je ne vous en dirai pas plus. Toujours est-il que le décor est très intéressant. De mémoire, je n’ai jamais lu encore de livres dont l’histoire se déroule dans un bordel. Je suis tout de même restée sur ma faim, j’aurais aimé en savoir un peu plus sur le mode de fonctionnement, sur la personnalité d’Annette, sur les hommes qui fréquentent ce genre d’endroit. Bravo (et merci) à Sonia Dron pour cette nouvelle qui pourrait facilement je pense se transformer en roman.
Publicités

7 réflexions sur “Jamais sur les lèvres

Laisser un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s